Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le mars club de Rachel Kushner

Rachel Kushner
  Telex de Cuba
  Les lance-flammes
  Le mars club

Rachel Kushner est un écrivaine américaine née dans l’Oregon en 1968.

Le mars club - Rachel Kushner

Addictif !
Note :

   Prix Médicis Etranger 2018
   
   Le mars club, c'est l'endroit où Romy Leslie Hall, 29 ans, gagne sa vie comme strip teaseuse. "Le lap danse m'avait appris qu'il était plus facile de remuer des hanches que de parler".
   Mais au début de ce magnifique roman, c'est en prison que nous la retrouvons, condamnée à deux peines consécutives de réclusion à perpétuité, pour avoir tué un de ses clients, qui la harcelait. "Certaines filles du Mars Club voulaient avoir des clients réguliers et elles s'efforçaient en permanence de les chouchouter. Moi pas. J'ai pourtant fini par en avoir un. Kurt Kennedy. Kennedy le pervers".
   
   Nous suivons le quotidien de ces détenues qui sont rendues très attachantes, malgré l'acte qu'elles ont commis. Mais aussi de nombreux flash back sur les années de Romy avant l'enfermement, et son difficile quotidien. "Au mars club je n'étais pas tenue d'arriver à l'heure, ni de sourire, ni de plier à aucun règlement, ni de considérer la plupart des hommes autrement que comme des losers à exploiter, mais qui étaient convaincus du contraire. Un environnement hostile, donc, même s'il semblait y régner une certaine soumission - la nôtre".
   
   J'ai été totalement subjuguée par ce roman que je ne comptais pas lire, en raison de la dureté du sujet. Certes, c'est cru, et le milieu dans lequel il se passe est violent à bien des égards ; pourtant j'ai énormément aimé ce livre, aux personnages très attachants, Romy bien sûr, pour qui on ressent énormément d'empathie, mais aussi ses compagnes d'infortune notamment Conan la transgenre ou Laura Lipp la bipolaire. Les personnages masculins ont aussi leur importance, notamment le professeur qui vient enseigner la littérature aux détenues.
   
   Rachel Kushner nous offre une histoire puissante, un roman addictif à la construction habile, un portrait sans concession et tendre de laissées pour compte. 468 pages qui se dévorent d'une traite. Et une première de couverture magnifique. Bref à ne pas laisser passer !
    ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Livre choc
Note :

    C'est un livre choc, une écriture électrique qui nous fait pénétrer dans l'univers carcéral féminin en marge d'une Amérique contemporaine impitoyable.
   
    Plusieurs voix racontent le quotidien de ces femmes en prison et notamment Romy, toute jeune héroïne de 29 ans condamnée à une double perpétuité plus 6 ans. Quelle Amérique !!
   
    Romy est transférée avec d'autres détenues dans la prison de Stanville en Californie mais loin, très loin des paillettes.
   
    C'est leur histoire que l'on découvre. Les trajectoires sont identiques, même mauvais départ, contexte familial défectueux, alcool et drogue qui abîment.
   
    Romy, est une toute jeune fille/mère dans la ville de San Francisco des années 80. Pour survivre, elle accepte d'être strip-teaseuse au Mars-Club. Un jour elle tue un de ses clients qui la harcèle sous les yeux de son fils, Jackson.
   
    Quand elle apprend la mort de sa mère à qui était confié son fils, Romy ne pense qu'à le retrouver.
   
    Les histoires d'autres détenues se font entendre aussi mais celle de Romy interroge directement le lecteur. Ou comment fait-on pour survivre dans ces conditions ?
   
    L'intervention d'un jeune homme, Gordon Hauser, jeune professeur de littérature pour les prisonnières volontaires apporte une touche d'humanité et de lumière dans un univers de noirceur et montre ainsi le pouvoir des livres.
   
    Rachel Kushner décortique l’univers carcéral de l'Amérique et son système juridique. elle nous livre dans une plume précise un plaidoyer contre la violence faite aux femmes, à la seconde chance qui n'est pas toujours donnée.
   
    Beaucoup de personnages se croisent, attachants, fragiles et humains malgré la violence qui les a entraînés dans cette impasse.
   
    Un constat d'une Amérique qui ne veut pas entendre parler de ses exclus, un thème qui à l'heure actuelle revient souvent chez les écrivains américains.
   
    Une lecture très dure et bouleversante, un livre récompensé par le Prix Médicis Etranger 2018.

critique par Marie de La page déchirée




* * *