Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mort au premier tour de Didier Daeninckx

Didier Daeninckx
  En marge
  Le der des ders
  La mort n'oublie personne
  Le Poulpe : Éthique en toc
  Le facteur fatal
  Play-back
  Dès 10 ans: Il faut désobéir : La France sous Vichy
  Dès 10 ans: Un violon dans la nuit
  Passages d'enfer
  La route du Rom
  Lumière noire
  Mort au premier tour
  Cannibale
  Camarades de classe
  Itinéraire d’un salaud ordinaire
  Métropolice
  Nazis dans le métro
  Missak
  Histoire et faux-semblants
  Meurtres pour mémoire
  Galadio
  D comme: Le der des ders
  Le dernier guérillero
  Rue des degrés
  Caché dans la Maison des Fous
  D comme: Octobre noir

Didier Daeninckx est né en 1949.
Avant d’être écrivain, il fut imprimeur, animateur, journaliste local..
Son premier livre fut «Meurtres pour mémoire», dans la Série Noire Gallimard en 1984.
Son œuvre de romans populaires ou policiers (Il a plusieurs fois participé aux aventures du Poulpe) s’accompagne d’une critique sociale, historique et politique. Elle a déjà été récompensée par plusieurs prix.

Mort au premier tour - Didier Daeninckx

Polar politique.
Note :

   Cette édition, parue en 1997, serait une réécriture d’une « Mort au premier tour », parue en 1982 et dont Didier Daeninckx n’aurait conservé que le titre et les trois lignes d’ouverture. C’est ce qu’explique la quatrième de couverture.
   
   « Mars 1997. J’habite Strasbourg où je finis tout juste le stage probatoire d’inspecteur de police. La réusite vient couronner mes efforts la semaine qui précède les élections municipales … »
   
   C’est aussi la première apparition de l’inspecteur Cadin qu’on rencontrera à plusieurs reprises dans des polars de Didier Daeninckx. Il est, comme dit plus haut, à Strasbourg et notre polar est totalement immergé dans la région Alsace, dans la toute proximité de Strasbourg.
   Sa première enquête, à peine sa nomination obtenue, va porter sur l’assassinat d’un militant écologiste, le lendemain de l’élection de celui-ci sur une liste municipale opposée au chantier de la centrale nucléaire locale.
   L’inspecteur est un brin décalé, préfigurant en celà le bon commissaire … de Fred Vargas. Pas politiquement correct, tout à ses faiblesses d’homme … faible, mais conscientisé politiquement.
   
   Il y a de la politique, du social ; une centrale nucléaire en construction, des intérêts financiers en jeu.
   Il y a des personnages limite secte, gourous petit bras …
   Bref des ingrédients Daeninckxien. C’est tout juste si l’on n’y chercherait pas « le poulpe » !
   
   On n’est pas dans l’introspection, dans la suggestion avec Didier Daeninckx. Les problèmes et leurs implications sociales ou politiques sont clairement et vitement posés. Bien dans leur temps et en celà on peut craindre que, plus qu’une autre, les oeuvres de Didier Daeninckx mourront avec leurs lecteurs, comme le dit Pierre Magnan. C’est très daté et ça risque de vieillir très vite.
   
   Mais profitons-en ! Nous ne sommes pas encore morts et les considérations de Daeninckx sont d’une actualité brûlante ! Brûlons-nous y !
   « Mort au premier tour » se termine ainsi :
   
   « L’inspecteur Cadin ne revit aucun des protagonistes de sa première enquête. Le mois suivant, en récompense de ses bons services, il fut nommé inspecteur principal à Hazebrouck. »
   
   Et où se déroule la prochaine aventure à votre avis ?

critique par Tistou




* * *