Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le temple de Howard Phillips Lovecraft

Howard Phillips Lovecraft
  Epouvante et Surnaturel dans la Littérature fantastique
  Le monstre sur le seuil
  Celui qui chuchotait dans les ténèbres
  La peur qui rôde et autres nouvelles
  Les Montagnes hallucinées
  Le témoignage de Randolf Carter
  Par-delà le mur du sommeil et autres nouvelles
  L'appel de Cthulhu
  Le temple
  L'Affaire Charles Dexter Ward
  La Cité sans nom
  La couleur tombée du ciel
  L'ombre sur Innsmouth ou Le Cauchemar d'Innsmouth

Howard Phillips Lovecraft est un écrivain américain d'horreur, de science-fiction et de fantastique, né en 1890 et décédé en 1937.

Le temple - Howard Phillips Lovecraft

Abysses...
Note :

   Nouvelle, plus que roman, Le temple, écrit en 1920, voisine le Mythe de Cthulhu. Il n'y est fait aucune allusion à cette monstrueuse divinité venue des temps les plus anciens de la terre, mais il y a bien une cité, une architecture jugée "monstrueuse"... mais point de Cthulhu. Il y a pourtant une divinité enfouie, ou plutôt ici immergée, dans les abysses et qui attire à elle les hommes, qui se noient et perdent la vie dans l'aventure. Mais loin d'être une monstruosité terrifiante, cette divinité est un jeune homme d'une très grande beauté, au visage souriant, qui appelle marins et noyés.
   
   Cette histoire nous est racontée par le Lieutenant commander Karl Heinrich, comte d'Altberg-Ehrenstein, seul maître à bord du sous-marin de la Marine impériale allemande. Nous sommes pendant la première guerre mondiale et il coule sans le moindre état d'âme, tout navire passant à portée de ses lance-torpilles, qu'il soit civil ou militaire. Ensuite, il plonge pour se mettre à l'abri. C'est d'ailleurs ce qu'il vient de faire. Mais quand ils remontent, l'équipage trouve un cadavre accroché à leur pont. Dans la poche de ce cadavre (un jeune homme, très beau), il trouvent une petite tête sculptée dans une roche qu'ils ne savent identifier, de facture très ancienne, et d'une grâce remarquable. L'officier en second à qui elle plait beaucoup, se l'attribue. Mais cette tête impressionne l'équipage, et le cadavre a eu comme un mouvement en tombant à l'eau. Il n'en faut pas plus pour que la superstition s'y mette et que des rumeurs se propagent dans ses rangs.
   
   Le récit de tout cela, et de ce qui va suivre, nous est fait par le commandant, qui est un teuton sûr d'appartenir à une "race supérieure", en droit de disposer de tous les autres. Il nous indique qu'il mettra ce récit dans une bouteille qu'il enverra dans l'océan. Et c'est ce que nous lisons.
   
   Je vous laisse découvrir cette nouvelle qui mérite d'être lue, car on y trouve tout de même l'art de Lovecraft, son écriture et son style, mais je dirais qu'elle est plus fatale, destructrice, inéluctable, qu'horrifique. On pourrait dire qu'elle vise plus l'inquiétude, la peur et la consternation (si on oublie l'assassin impitoyable qu'est cet équipage) que l'horreur, comme le fait Cthulhu.

critique par Sibylline




* * *