Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ecoute la ville tomber de Kate Tempest

Kate Tempest
  Ecoute la ville tomber

Ecoute la ville tomber - Kate Tempest

London No future, no hope
Note :

   En Angleterre, Kate Tempest est devenue en très peu de temps un véritable phénomène artistique. Poétesse, slameuse, chanteuse de rap, elle occupe les scènes et truste les places en vue dans le hit-parade. "Ecoute la ville tomber", son premier roman qui vient d’être traduit en français s’est vendu là-bas à plus de cent mille exemplaires en quelques semaines seulement. On la compare souvent à Virginie Despentes dans sa version britannique.
   
   Comme son aînée de ce côté-ci de la Manche, Kate Tempest ne fait pas dans la dentelle. Ses phrases claquent et ses histoires font mal. Car c’est avec un regard sans concession qu’elle observe et rend compte d’un pays qui a fait de l’ultralibéralisme une doctrine quel qu’en soit le coût social ou individuel.
   
   Symbole d’une frénésie ambiante et de toutes les outrances, Londres est cette ville que nous écoutons tomber. Une ville où se loger demande des fortunes, où se déplacer prend un temps fou, où la fracture sociale est majeure. Une ville qu’habitent quatre jeunes gens et dans laquelle tous tentent, à leur façon, de survivre. L’une est danseuse, trop vieille à vingt-cinq ans pour dégoter d’autres rôles que secondaires dans des shows mal payés. Alors, pour survivre elle se transforme le soir venu en masseuse sexuelle pour des hommes prêts à payer pour un traitement sordidement spécial. Son copain zone en permanence, enchaînant chômage et petits boulots en tous genres, sans perspectives ni lendemain, éternellement fauché. Sa sœur Harry deal auprès des noceurs et des gros bonnets en quête de sensations fortes ou à la recherche d’un moyen pour s’abrutir et supporter moins mal une vie où l’on cache son mal-être au cœur de fêtes bruyantes, alcoolisées et aux propos aussi superficiels que les relations qui s’y nouent de manière éphémère. Pendant ce temps, Léon, son camarade d’enfance, joue les gros bras et la protège de toute mauvaise rencontre.
   
   Autant dire que l’existence est précaire et que tout peut s’écrouler à n’importe quel moment. D’autant plus que le roman s’ouvre sur une cavalcade réunissant trois de ces compères en fuite avec une valise pleine de billets acquis au cours de circonstances dont nous allons tout apprendre remontant le fil de l’année venant de conduire à la séquence présente.
   
   No future, no hope. Tels semblent être les slogans en creux de ce roman coup de poing et qui sonne comme une critique sans concession envers un système ayant perdu tout sens, toute retenue. Un système qui conduit à une forme d’auto-destruction et où les contestataires d’hier, les punks, les gothiques, les alter quelque chose auraient tous lâché prise pour se contenter, tels Néron, de regarder Londres brûler et s’écrouler. Un livre fort.

critique par Cetalir




* * *