Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'insurgé de Jules Vallès

Jules Vallès
  L'enfant
  Le bachelier
  L'insurgé

Jules Vallès est un journaliste de gauche et écrivain français, né en 1832 et mort à Paris en 1885. Homme politique, il participa à la Commune de Paris.

L'insurgé - Jules Vallès

La Commune, de l'intérieur
Note :

   "Aux morts de 1871
   À TOUS CEUX
   qui, victimes de l’injustice sociale,
   prirent les armes contre un monde mal fait
   et formèrent,
   sous le drapeau de la Commune,
   la grande fédération des douleurs,
   Je dédie ce livre."
   

   Dernier volume de sa trilogie, Jules Vallès nous parle ici à travers Jacques Vingtras, de son rôle pendant la Commune de Paris. Du fait de l'énorme événement qui s'y déroule et de la vision intérieure qui en est donnée, ce troisième tome est le plus passionnant. Il fut publié en feuilleton dans des journaux (la Nouvelle Revue, Le Cri du peuple, 1882-83), avant d'être édité sous forme de livre en 1886, mais Vallès, malade, était déjà mort.
   
   Cependant, ce tome ne parle pas que de la Commune, il commence bien avant. Vingtras est pion dans un lycée de province et, lui qui a tellement crevé de faim et couché dehors, sait profiter au maximum de la certitude d'avoir un toit et des repas copieux assurés. Il se regarde se livrer sans réserve à cette volupté bienheureuse. Cependant, quoi qu'il en ait, le rebelle épris de justice pour tous qu'il est fondamentalement, n'est pas si profondément enseveli que le moindre incident ne le réveille et le ramène à la surface. Vingtras perd gîte et couvert. Commence bientôt un emploi en mairie, à l'état civil où il voit défiler les gens du peuple, quand ils viennent déclarer décès ou naissance d'un bébé (on devait venir le présenter, et il arrivait parfois juste enveloppé dans la veste du père). Puis il se met à écrire pour les journaux, à parler en public, pour défendre ses idées. Rencontrant un écho certain, il persiste, publie des articles, s'engage dans la politique, fonde des journaux et s'engage de plus en plus dans cette voie, bien qu'elle commence par lui coûter son emploi à la mairie, puis l'envoie en prison.
   
   C'est une époque de perpétuels troubles sociaux. Police et armée n'hésitent pas à tirer sur la foule à chaque manifestation, mais celles-ci ne s'en répètent pas moins. Le peuple est trop miséreux, les espoirs d'une République juste, trop vivaces, pour qu'il se résigne. Puis ce sera la guerre. Vingtras est pacifiste, ce qui n'est pas bien vu en cette époque d'hyper nationalisme et il échappera de peu au lynchage et il doute pour la première fois du "Peuple" qu'il voit se perdre dans cette rage va-t-en guerre. La colère populaire est détournée vers un ennemi extérieur, mais quand le dit-ennemi se trouve aux portes de Paris, le gouvernement de Thiers échoue à convaincre les Parisiens de ses choix. Ce sera la Commune. Là, pour le coup, Vingtras est en plein cœur du mouvement, et même à la tête puisqu'il fera partie des dirigeants. Il est persuadé qu'il ne sortira pas vivant de l'aventure mais cela ne le retient pas un instant. Il a toujours placé ses convictions bien au-dessus de ses intérêts.Leur échapperai-je ?... je ne crois pas... Tant pis ! si l'on me prend, on me prendra ! Je suis en paix avec moi-même... Mon nom restera affiché dans l'atelier des guerres sociales comme celui d'un ouvrier qui ne fut pas fainéant..."
   
Il dirigera donc, nous présentera Blanqui et d'autres (merveilleux et impitoyables portraits détaillés de tous les meneurs de l'époque). Il crée le journal de la Commune, Le cri du Peuple, mais tout cela ne l’empêchera pas de tenir sa place sur les barricades, pistolet à la main.
   
   A la fois "à l’extrême gauche" comme on dirait maintenant, et humaniste et même non-violent à chaque fois que cela est possible. Vingtras-Vallès est un personnage magnifique, très moderne, et il faut lire (ou écouter en audiolivre) cette histoire vraie, en plein cœur de cette extraordinaire page d'Histoire.
   
   Trilogie de Jacques Vingtras
   - L'Enfant
   - Le Bachelier
   - L'Insurgé

critique par Sibylline




* * *