Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Vertige des auteurs de Georges Flipo

Georges Flipo
  Le Vertige des auteurs
  L'étage de Dieu
  La Diablada
  Qui comme Ulysse

Le Vertige des auteurs - Georges Flipo

Un bijou coruscant
Note :

   C’est l’histoire d’un gars, Sylvain Vasseur. Depuis tout petit, c’est un sycophante obséquieux (il n’y a pas que Paolo qui mémorise le dico, noméo !). En clair, il cafardait en tremblant de bonheur ses petits camarades dans le bureau du dirlo. Et côtoyer ce monde des « puissants » lui filait des sensations dans le bas-ventre. Bref, c’est un minable, à la base, et ce ne sont pas ses mines et son apparente candeur qui vont nous le rendre sympathique, avis aux mouchards.
   
   Alors qu’il s’éclate comme un petit fou en rédacteur épistolaire dans une grande compagnie aérienne (une plainte = une réponse, toujours la même, en fait, changez deux ou trois mots et hop), le voilà mis de force en retraite anticipée. Le PDG, pourtant initiateur du truc dans un mouvement d’humeur versatile dont il est coutumier, lui indique sa nouvelle voie : il va écrire.
   
   Entre ici, Littérature, avec ton terrible cortège.
   
   Et notre Sylvain s’y met à fond.
   Sauf que.
   Il n’a pas l’ombre du commencement d’un début de disposition, et il s’y prend comme un manche…
   
   Et alors là, c’est un festival : aspirants-écrivains, groupies et requins du monde de l’édition, organisateurs et concurrents des concours de nouvelles, journalistes, chefs d’entreprise, photographes, concepteurs publicitaires, vedettes TV, accrochez-vous tous bien serré, la distribution est vacharde et généreuse.
   Mais quel plaisir fou.
   
   Je suis dans l’impossibilité de mettre en avant tel ou tel point, la magie est dans l’ensemble.
   On fait connaissance, on se moque un peu, on s’intéresse, on se passionne, on ricane et on rit franchement, on s’insurge, on réprouve, mais finalement, aux ¾ du roman c’est la tristesse qui s’insinue, et on termine bel et bien par un vrai pincement au cœur. N’est-ce pas là un fort complet voyage littéraire ?
   
   La plume de Georges Flipo est chatoyante, je suis séduite, je lui trouve une finesse toujours spirituelle, alors je ne vais pas en faire des tonnes lisez Georges Flipo, vous me remercierez !

critique par Cuné




* * *