Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Starlight de Richard Wagamese

Richard Wagamese
  Jeu blanc
  Les étoiles s'éteignent à l'aube
  Starlight

Wagamese est un écrivain et journaliste canadien appartenant à la nation des Ojibwés, né en 1955 et mort en 2017.

Starlight - Richard Wagamese

Des pages éblouissantes
Note :

   Rentrée littéraire 2019
   
   "Il tapota le volant des doigts. Il n'avait jamais été très bavard et quand la conversation arrivait à une impasse, le silence dans lequel il se trouvait enfermé le laissait toujours désemparé. A présent, avec elle, il se sentait aussi emprunté qu'un enfant. Il ne savait pas comment parler aux femmes. Son monde avait été un monde d'hommes et il était habitué à leurs paroles bourrues, hachées, et il aimait ça puisque ça correspondait à sa propre réticence naturelle. Il admirait les hommes comme Roth, qui pouvaient dérouler une conversation comme un vieux tapis bien-aimé, s'y poser et pérorer pendant des heures d'affilée. Parler avait toujours été un combat pour lui. Il se trouvait bien mieux au sein du silence que dans la lumière crue du monde de la parole".
   

   Emballée par Les étoiles s'éteignent à l'aube je n'ai pas tardé à mettre la main sur le roman posthume de l'auteur, qui vient de paraître. Il est malheureusement inachevé, mais l'éditeur donne suffisamment d'éléments à la fin pour que le lecteur ne soit pas frustré.
   
   Nous retrouvons Franck, le jeune indien, devenu adulte. Le vieil homme est mort, Franck a tenté de partir découvrir le monde mais s'est aperçu que c'est à la ferme qu'il voulait rester et vivre, sans rien changer. Un homme l'a rejoint pour l'aider, Roth, ils se complètent et cohabitent en bonne intelligence sans se gêner mutuellement.
   
   Loin de là, Emmy et sa fille Winnie vivent misérablement avec le compagnon violent d'Emmy, Cadotte. Dans un sursaut, celle-ci décide de s'enfuir, non sans avoir mis le feu à la cabane qu'ils occupaient, avec Cadotte et un acolyte à l'intérieur. Les deux hommes vont s'en sortir et fous de rage, se lancer à la poursuite d'Emmy.
   
   Franck va croiser la route de la jeune femme et touché par le désarroi de la petite fille va décider de les aider en leur offrant un travail et un toit.
   
   Je n'en dirai pas plus. Il suffit de savoir que Franck va faire pour Emmy ce que le vieux avait fait avec lui. L'emmener au cœur de la nature où elle pourra se régénérer, retrouver la maîtrise de son corps, de ses cinq sens et découvrir autre chose que la violence des hommes.
   
   Il y a des pages éblouissantes sur l'osmose de l'homme avec la nature lorsqu'il la respecte. Franck, à force de vivre aux contact des animaux qui peuplent son environnement, est devenu photographe et a acquis une certaine notoriété, ses clichés captant ce que les autres ne voient pas habituellement.
   
   On ne peut cependant pas oublier la sauvagerie des hommes et deux questions se posent au cours de la lecture. Cadotte retrouvera-t-il Emmy et Winnie et comment évoluera la relation de Franck avec les deux fugitives ?
   
   Une lecture lumineuse, à la fois contemplative et ancrée dans la réalité la plus brute.
   
   "Ils grimpèrent sur le versant d'une crête et il entendait la poussée de leurs pattes arrières labourer l'escarpement. Il suivit les éboulis tout au long du raide dévers. C'était une montée difficile, mais il la gravit en courant. Lorsqu'il franchit le sommet, ils les vit rassemblés au milieu des arbres. Le grand mâle se retourna pour regarder par-dessus son épaule. Starlight vit le chatoiement de ses yeux et se sentit pétrifié par ce regard. Il s'arrêta et demeura debout, en pleine lumière, dos à la paroi. Le ciel vide derrière lui. Le clair de lune. Il n'avait nulle part où aller, il resta donc là, respira, attendit et observa le loup qui gardait les yeux fixés sur lui, ouvrait la gueule, laissait pendre la langue et soufflait si fort qu'un instant Starlight eut l'impression qu'il riait, puis il tourna la tête et examina les arbres sur le replat".

critique par Aifelle




* * *