Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Journal d’un enlèvement de Gabriel Garcia Márquez

Gabriel Garcia Márquez
  Cent ans de solitude
  Journal d’un enlèvement
  L'automne du Patriarche
  L'amour aux temps du choléra
  Mémoire de mes putains tristes
  La Mala Hora

Ecrivain colombien né en 1927. Gabriel Garcia Márquez commence des études de droit, puis se fait journaliste. Il s’expatrie ensuite pour des raisons politiques. Il a toujours milité et agi selon ses convictions de gauche.

Traduit en de très nombreuses langues, son travail est mondialement reconnu et admiré. Il a reçu le Prix Nobel de Littérature en 1982.


Il est décédé à Mexico, le 17 avril 2014.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Journal d’un enlèvement - Gabriel Garcia Márquez

Tragédie colombienne
Note :

   A mi-chemin entre le roman et le documentaire, «Journal d'un enlèvement» retrace une histoire basée sur des faits réels.
   
   Dans le but d'empêcher l'extradition de plusieurs trafiquants de drogue vers les États-Unis, le cartel de Medellin, dirigé par Pablo Escobar, tente de faire pression sur le gouvernement colombien en kidnappant plusieurs journalistes entre août 1990 et juin 1991. Séquestrés durant des mois, deux finiront par être assassinés. L’une des femmes retenues en otage et son époux, qui s'est longtemps battu pour sa libération, ont proposé à Gabriel García Márquez, prix Nobel de littérature en 1982 et auteur de «Cent ans de solitude» et «Chronique d'une mort annoncée», d'écrire un livre à partir de cette expérience.
   
   Renouant avec son premier métier, le journalisme, Gabriel García Márquez s’est donc lancé dans une longue enquête sur le déroulement du drame. De fait, le style de Journal d’un enlèvement est très documentaire et peut surprendre les adeptes des romans baroques de Márquez. Avec sobriété, celui-ci dissèque la vie angoissante des otages, la douleur et les espoirs de leurs familles, les tractations politiques, la couverture par les médias des enlèvements. Le ton est grave, parfois poignant, et le livre est si réaliste qu'on en sort perturbé.
   
   Toutefois, je n’ai pas été totalement emballée, la faute à ce style journalistique que j’ai modérément apprécié (que voulez-vous, je suis très sectaire, je n’aime que les romans). «Journal d’un enlèvement» mérite cependant d’être lu, et ce pour au moins deux raisons : d’abord parce que le thème est malheureusement toujours d’actualité, il suffit de penser à la situation d’Ingrid Betancourt. Ensuite parce qu’il est très instructif, et qu’on comprend mieux la Colombie contemporaine lorsqu’on a tourné la dernière page. Gabriel García Márquez a fait preuve d’un vrai souci du détail, et parvient à rendre à peu près claire une histoire complexe dans laquelle se multiplient les personnages. Il apporte de ce fait un éclairage très intéressant sur cette tragédie qui a ensanglanté son pays il n’y a pas si longtemps.

critique par Caroline




* * *