Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vous n’êtes pas seul ici de Adam Haslett

Adam Haslett
  Vous n’êtes pas seul ici

Vous n’êtes pas seul ici - Adam Haslett

Finaliste du National Book Award et du Pulitzer
Note :

   « Adam Haslett est une perle rare : un jeune écrivain d’une incroyable maturité, au regard neuf et férocement intelligent. Ses dons d’écrivain – son courage, en particulier – sont des dons au lecteur. Vous ne ferez pas qu’adorer ces nouvelles; vous ressortirez grandis après les avoir lues. » Jonathan Franzen
   Je confirme. 4 cm au garrot. Au moins.
   
   Dans ces 9 nouvelles, Adam Haslett parle, avec une tendresse insoutenable, d’êtres intranquilles. Je répète encore la 4° de couv, mais c’est tellement juste !
   
   « La fin de la guerre », par exemple (ma préférée) nous raconte Ellen et Paul. Ellen doit lire des correspondances datant de la Seconde guerre mondiale dans le cadre de ses recherches, à la bibliothèque d’un petit village écossais. Paul l’accompagne, mari gravement dépressif, boulet et chaîne, pour une épouse exemplaire, mais qui ne le comprend pas. Lors d’une promenade matinale sur la plage, il rencontre une vieille dame, qui l’invite. Chez elle, une odeur indéfinissable lui soulève le cœur, intrigue son esprit. Il reviendra, rencontrera Albert, le petit-fils, et décidera finalement d’unir leur agonie…
   
   Mais encore le père bipolaire qui rend visite à son fils préféré, le psychiatre plein de bons sentiments qui n’y arrivera pas, malgré son empathie incommensurable, l’orphelin qui choisit un drôle de chemin de croix pour parvenir à enfin pleurer, le couple de frère et sœur qui se sacrifient l’un pour l’autre en culpabilisant tellement, James qui baisse les bras, Samuel et ses prémonitions, le dossier de Daniel Markham, Elisabeth murée dans sa schizophrénie et Ted, son bénévole.
   
   Je ne peux pas faire autrement que de tous les citer, brièvement, chaque nouvelle de ce recueil est juste parfaite. Pas de jugement, pas de grande explication, juste une maîtrise impeccable, un savant dosage d’affection et de distance, sur les désordres mentaux.
   
   Le plus fort étant qu’on ne sort pas accablé d’une telle lecture, mais ému, ça, oui.

critique par Cuné




* * *