Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Histoires de cimetières de Boris Akounine

Boris Akounine
  La maîtresse de la mort
  L'amant de la mort
  Azazel
  Leviathan
  La prisonnière de la tour
  Histoires de cimetières

Boris Akounine est le nom de plume de Grigori Chalvovitch Tchkhartichvili, historien et écrivain russe, né en Géorgie (URSS) en 1956.

Histoires de cimetières - Boris Akounine

Pèlerinage aux tombes
Note :

   Grigori Tchkhartichvili et son double le romancier Boris Akounine invitent le lecteur à les suivre dans de célèbres cimetières, le vieux cimetière Donskoï à Moscou, Highgate à Londres, le Père-Lachaise à Paris, le cimetière des étrangers à Yokohama, Green-Wood à New York et le cimetière juif du Mont des Oliviers à Jérusalem. À chaque étape, l'un présente le cimetière comme le ferait un guide touristique et culturel, et l'autre une nouvelle adaptée à ce lieu. Et cela donne un livre pour le moins original et de surcroit, paradoxalement peut-être, une très agréable lecture.
   
   Évidemment, on se doute que suivre Boris Akounine ne sera pas sans dimension criminelle ou policière. Au cimetière Donskoi, le milicien Nikolaï Tchoukhtchev en quête du trésor qu'aurait caché vers 1800 la Saltytchikha, une bien criminelle aristocrate, rencontre son fantôme. À Londres, l'esprit de Karl Marx, un vrai vampire, s'inquiète du rythme devenu rare des visiteurs. Au Père-Lachaise, un pilleur de tombes s'intéresse de trop près à celle d'Oscar Wilde et se retrouve pour son malheur… la bague au doigt. Au cimetière new-yorkais, un russe exilé qui a réussi dans le métier de lawyer se fait ensorceler par une femme rencontrée au cimetière et perd à la roulette russe.
   
   Le lecteur coutumier de Boris Akounine retrouve à Yokohama son fidèle Eraste Petrovitch Fandorine dans le rôle d'un vice-consul pour une enquête très originale. Qui a tué son ami russe qui s'est entiché du bouddhisme et d'une intrigante japonaise, et qu'on a bizarrement retrouvé mort dans son bain. Le consul Weber met en garde son subordonné : "N'oublie pas que cet individu a trahi sa foi, sa patrie et toute la race blanche." Fandorine perd aussi, pas la vie, mais cent dollars.
   
   Le romancier au pseudo tiré à la fois du japonais (akunin = bandit) et de l'histoire de l'anarchisme (B Akounine) ne décevra pas son public avec ce mélange d'histoires de cimetières et de récits fantastiques, même si le dernier épisode, à Jérusalem, m'a paru moins convaincant.

critique par Mapero




* * *