Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le courage des autres de Hugo Boris

Hugo Boris
  La délégation norvégienne
  Police
  Le baiser dans la nuque
  Je n'ai pas dansé depuis longtemps
  Le courage des autres

Hugo Boris est un écrivain français né en 1979.

Le courage des autres - Hugo Boris

En avoir ou pas
Note :

   Oubliez tout ce que vous avez déjà lu d’Hugo Boris jusque là et rentrez dans ce livre avec un esprit neuf ! Rien à voir en effet dans ce récit avec l’effervescence narrative de Police ou de ses autres romans, nous sommes dans un aveu de faiblesse, une introspection, un regard sur les autres qui ricoche sur soi.
   
   Alors que Hugo Boris vient tout juste de décrocher sa ceinture noire de karaté, le voici un beau jour face à une bagarre dans le RER. Il se découvre sur le moment incapable du moindre geste, statufié. Il aura quand même le réflexe de tirer la sonnette d’alarme qui va immobiliser le convoi quelques minutes. Son manque de réaction interroge l’homme mais aussi l’écrivain. Il se met donc à consigner tous ces micro-événements des transports en commun qui font ressortir la peur… et parfois le courage des autres. Sous la plume délicate d’Hugo Boris se révèle alors une humanité disparate, souvent dangereuse, parfois drôle et tendre. En tant que lecteur, il suffit d’avoir pris au moins une fois le métro parisien, pour que les images reviennent avec force. On s’installe soudain nous aussi avec le narrateur dans le fameux carré, on se raidit sur son strapontin, gêné par les jambes encombrantes de son voisin indélicat, on écoute les conversations sans en avoir l’air et on évite les regards, même dans le reflet de la vitre. Et lorsque quelque chose se passe, lorsque quelqu’un entre en criant, on attend avec impatience la prochaine station, quitte à, comme Hugo Boris, descendre au milieu de nulle part, à des lieux de sa destination.
   
   J’avoue avoir été un peu déstabilisée au début par le récit d’Hugo Boris. Je m’attendais à quelque chose de plus romancé, peut-être. Et puis, je me suis laissée prendre par la beauté de son écriture, par la finesse de ses analyses, ses remises en question personnelles, sa sincérité, et par les portraits qu’il dessine. Car, parfois, quelqu’un se dresse contre le désordre, intervient, prend son courage à deux mains, fait cesser la folie d’une bagarre, ou la folie d’un désespoir incompréhensible, la folie d’une situation gênante et improbable. Et si c’était nous ? Et si c’était moi ? Ou pas.
   
   "Je n’ai pas envie d’emprunter le masque du lyrisme pour faire du beau avec du laid, des mots qui seraient des insultes à la vérité ce soir-là, je suis une merde, une lavette, un faible, un infirme. Je suis malade de la peur. J’ai la maladie de la peur. Je suis devenu la proie de ce mot. Ma propre réaction me terrorise, me dévirilise, me rend mon reflet authentique, celui d’un pauvre mec sans couilles au cul. Si lâche, si friable."

critique par Antigone




* * *