Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Fuckwoman de Warwick Collins

Warwick Collins
  Fuckwoman
  La pissotière

Fuckwoman - Warwick Collins

Supergirl
Note :

   Cynthia Lelague, jeune et séduisante journaliste à Los Angeles, mène à l’instar de Clark Kent une double vie : elle se transforme la nuit en super-héroïne. Sous le délicat sobriquet de «Fuckwoman», cette justicière d’un genre nouveau traque les violeurs en série et les livre à la police après leur avoir fait subir des outrages sexuels (que les âmes sensibles se rassurent, rien n’est décrit).
   Acclamée par la population qui loue l’efficacité de sa justice expéditive, Fuckwoman se fait à l’inverse des ennemis au sein du LAPD (Los Angeles Police Department) dont elle discrédite le travail. Un homme en particulier, le psychiatre Holocenter, va tenter de la démasquer pour mettre fin à ses agissements…
   
   Chères lectrices, vous avez un tant soit peu la fibre féministe et vous rêvez d’une héroïne capable de venger les affronts infligés aux femmes par des machos sans scrupules ? Eh bien la voici, Fuckwoman, justicière masquée et militante qui passe ses nuits à traquer et châtier les violeurs. Experte en arts martiaux, dotée d’un solide humour et d’un grand sens de la répartie, Fuckwoman ne fait qu’une bouchée de ses malheureux adversaires.
   
   Le roman fait la part belle à l’action avec des scènes de castagne très cinématographiques, mais sans négliger la psychologie des personnages, à commencer bien sûr par celles de Cynthia et de son ennemi juré, le redoutable docteur Holocenter. Le duel que se livrent les deux protagonistes, aussi brillants l’un que l’autre, constitue d’ailleurs l’un des intérêts principaux du roman. La journaliste intègre et le psychiatre de la police, ambigu à souhait, s’opposent notamment sur la notion de «justice», ce qui donne lieu à des débats très intéressants.
   
   Fuckwoman est un roman divertissant qui recycle la mythologie du super-héros tout en abordant des thèmes forts : le féminisme, les rapports hommes-femmes, l’attrait de la vengeance personnelle etc. Toutefois, avec un sujet aussi original, j’espérais un roman un peu plus étincelant. Warwick Collins donne l’impression de ne pas avoir exploité tous les ressorts d’une idée à la base excellente.
    J’ajoute que la fin est une déception : elle est si grandiloquente qu’elle fait à mon sens perdre toute crédibilité au récit. Pire encore : j'ai eu du mal à m'attacher aux protagonistes, et Fuckwoman ne fait pas exception. Sa cause inspire la sympathie, mais pas le personnage en lui-même (opinion très subjective, je l'admets).
   
   Au final, une lecture agréable, mais pas totalement convaincante.

critique par Caroline




* * *