Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un Ami parfait de Martin Suter

Martin Suter
  Le dernier des Weynfeldt
  Le Cuisinier
  Allmen et les libellules
  La face cachée de la lune
  Small world
  Le diable de Milan
  Le temps, le temps
  Montecristo
  Un Ami parfait

Martin Suter est un écrivain suisse alémanique né en 1948.

Un Ami parfait - Martin Suter

50 days off - un oubli de 50 jours
Note :

   C’est l’histoire d’un homme, un journaliste, qui a perdu la mémoire. 50 jours. 50 jours effacés de son passé. 50 jours pendant lesquels il est devenu un autre homme. 50 jours clés pour comprendre. Cet homme va reprendre son travail de journaliste pour lui-même et enquêter sur son propre vide.
   
   Avec par ordre d’apparition sur scène : une ville Suisse au bord d’un lac (Genève ? Neuchâtel ?), une canicule éprouvante – le roman fut publié en 2002, sacré nez, Martin ! -, des hôtels, des bars et des cafés, la composition de l’équipe de football italienne couronnée en 1982, un psychologue à l’allure de pachyderme, la maladie de la vache folle, une leçon de dégustation de grappa, une veuve joyeuse, du chocolat Suisse, toute la cuisine italienne, des suicidés sous les rails de TER, une strip-teaseuse venue des îles, un judas parfait. Parfait ? Pas si sûr !
   
   Cette recherche du passé d’un homme amnésique qui ne se reconnaît plus m’a fait penser à ce film d’il y a 25 ans avec Harrison Ford dans le rôle clé. C’était comment le titre ? Me rappelle plus… Ah ! "à propos d’Henry" (merci Wikipedia).
   
   Le roman est construit comme une enquête policière dont les détails qui l’enrobent donnent tout son piquant. Jusqu’à la conclusion qui ressemble plus à un pétard mouillé qu’à un feu d’artifice. Les dénouements spectaculaires étant la norme, Suter nous surprend de la meilleure des façons. Il y a de l’humanité dans cette Suisse lémanique aux relents d’Italie (j’ai eu constamment faim pendant toute la lecture). Parlons du style : sûr que l’ami parfait ne rivalisera pas avec des prix Nobels mais la plume fluide de Suter donne envie de tourner les pages et c’est ce qu’on demande avant tout à une pareille histoire.

critique par Walter Hartright




* * *