Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Passage de Vénus de Shirley Hazzard

Shirley Hazzard
  Passage de Vénus
  La Baie de midi

Shirley Hazzard est une écrivaine australo-américaine, née le 30 janvier 1931 à Sydney et morte le 12 décembre 2016 à Manhattan.

Passage de Vénus - Shirley Hazzard

Hazzard fait bien les choses !
Note :

   Comme dans «Le grand incendie», l'action du «Passage de Vénus» commence dans l'immédiat après-guerre. Mais cette fois Shirley Hazzard va dérouler l'action du roman beaucoup plus loin dans le temps, arrivant jusqu'à la fin du XXème siècle, donnant aussi un aspect plus ancré dans le réel (voire politique) à son roman qui nous promène de l'Australie à la Grande-Bretagne, des Etats-Unis à la Suède.
   
   Les personnages principaux sont deux soeurs, Caroline, l’aînée -placée d'emblée sous le signe de Vénus- qui connaîtra une vie en apparence plus passionnée que celle sa soeur, Grace, mariée et mère de famille.
   
   L'auteure s'amuse à accumuler les clichés :par exemple, orphelines, Grace et Caro sont élevées par une demi-soeur apparue providentiellement , dans le plus pur style du roman anglais du XIXème siècle, clichés qu'elle balaie d'une pichenette désinvolte. Le lecteur, à la fin du roman, voit s'écrouler comme un château de cartes tout ce qu'il tenait pour acquis concernant les personnages et doit recomposer d'une manière totalement différente le kaléidoscope...
   
   Beaucoup de surprises donc mais qui ne sont pas amenées de manière théâtrale ou artificielle, chacun des personnages se révèle dans sa complexité et les secrets qu'ils détiennent leur assurent un pouvoir réel ou imaginaire...
   
   Les histoires d'amour ne sont pas sirupeuses car l'auteure possède une connaissance très fine des relations entre hommes et femmes, ses réflexions sont toujours pertinentes et pleines d'humour.
    Elle nous brosse également un portrait très intéressant de la société britannique, où, selon elle, les oppositions sont très marquées entre les classes possédantes et les autres. Pleine de malice, elle nous montre même comment un personnage féminin lutte contre le sexisme ambiant d'une manière que les mâles jugeront évidemment scandaleuse !
   
   Shirley Hazzard est aussi une grande styliste, pleine d'originalité et de pertinence dans ses images, ses descriptions sont de véritables tableaux, emplis de luminosité et de couleurs. La scène inaugurale et la description du lever des employées de bureau de la page 285, entre autres, sont des pages d'anthologie.
   
   Les 521 pages, même si on prend le temps de les savourer, passent décidément trop vite et j'attends déjà avec impatience la traduction d'un nouveau texte de Shirley hazzard!

critique par Cathulu




* * *