Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Noires sont les violettes de James Patterson

James Patterson
  Noires sont les violettes
  1er à mourir
  Rouges sont les roses
  Jack & Jill
  Lune de miel
  Dernière escale

James Patterson est un auteur et scénariste américain né en 1947.

Noires sont les violettes - James Patterson

Missive
Note :

   Cher James,
   
   Dans la vie, certaines rencontres sont à éviter. C’était peut-être le cas cette fois-ci et, dans la liste des ruptures cinglantes et tonitruantes, je crois, mon cher James, que tu devras toi aussi rejoindre les auteurs éconduits.
   
   Remarque, je dois être honnête envers toi : je n’attendais pas grand-chose de ton style, et sur ce point au moins tu n’as pas déçu mes attentes. Quoi que... Bien sûr, tes violettes noires promettaient de m’assurer une lecture facile et je ne t’avais pas choisi en espérant découvrir le nouveau Faulkner. Mais si au royaume du thriller il existe des plutôt bons, des moyens et des médiocres, je suis navrée de te dire que tu oscilles dangereusement entre les deux dernières catégories.
   
   Pourquoi ces débordements excessifs, me dis-tu ? Les raisons ne manquent pas. Je n’en listerai que quelques-unes :
   Premiers signes annonciateurs de la crise : Un personnage principal sympathique. Une histoire de pseudo vampires. Un paysage de rêve. Notre histoire avait plutôt bien commencé et, sans aller jusqu’aux débordements enthousiastes, j’ai lu avec curiosité les 100 premières pages de «Noires sont les Violettes» en un temps record. Oui mais voilà. L’orage n’était pas bien loin et notre relation s’est vite gâtée : une fois l’histoire lancée, quelle lenteur ! Péniblement, j’ai parcouru les chapitres suivants en étouffant un bâillement, l’enquête piétinant et le manque de profondeur des personnages ne rattrapant en rien la vacuité de l’ensemble.
   
   Récrimination numéro 2 : Je suis plus habituée à lire des polars écrits par des femmes et j’ai l’impression qu’en bonne lectrICE que je suis, j’apprécie plus les personnages de Mary Higgins Clarke ou de Patricia MacDonald. Malgré toute ma bonne volonté, j’ai trouvé tes personnages féminins d’une masculinité désarmante. Les commentaires faits sur chaque protagoniste étaient quant à eux d’une banalité affligeante.
   
   Faille numéro 3 : J’ai remarqué que tu avais une liste de phrases fétiche ridicules figurant probablement parmi les 10 règles d’or trônant au-dessus de ton bureau. Comme : « j’avais vraiment très envie de lui mettre mon poing dans la figure ».
   
   Lectrice au bord de la crise de nerfs : pas trop de surprise lors de la découverte des principaux instigateurs des crimes commis. Pas de réponse ni de théorie expliquant leurs actes. En somme, tu sais semer les pièces d’un puzzle mais de là à apporter quelques réponses au lecteur… la dispute orageuse qui s’est ensuivie m’a confortée dans mon opinion : Mary, Patricia, Agatha ou même Anne comprennent mieux mon petit esprit curieux de lectrice et n’osent pas m’abandonner en cours de route. Avec toi, je me suis dit que lire 400 p ou 200p… quelle différence ?
   
   La rupture : comment oses-tu massacrer avec autant d’aplomb le mystère qui planait autour du Cerveau, ce vilain psychopathe qui persécute notre enquêteur préféré ? Là, je me dois de m’insurger au nom de tous les lecteurs pleins de bonne volonté qui viennent de faire la connaissance d’Alex Cross : comment oser faire de X l’ennemi public numéro 1 ? Je n’ai jamais vu un dernier pseudo rebondissement aussi pathétique : en temps normal, je ne devine jamais (ou presque) l’identité du grand méchant, quels que soient mes efforts pour ce faire. Et là, un seul personnage me semblait fait pour être le Cerveau : suffisamment antipathique, avec un rôle assez central pour donner un petit air mélodramatique à l’ensemble… mais bien sûr, je me disais que ce serait quelqu’un envers qui j’avais une confiance aveugle, car il en a toujours été ainsi. Eh bien, non ! Une plaisanterie ?
   
   Bref, tu étais bien parti, l’histoire était prometteuse, le personnage principal plutôt sympathique. Tu restes une (toute) petite lecture de détente, mais rassure-toi, la prochaine fois que je chercherai à me changer les idées, je ne penserai certainement pas à toi. Et si j’ai le choix entre Patterson et une série télé à suspense, je crois que je pencherai pour la série, aussi suspecte soit-elle.
   
   Ta lectrice offusquée

critique par Lou




* * *