Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'homme à la lèvre tordue de Arthur Conan Doyle

Arthur Conan Doyle
  Le chien des Baskerville
  L'homme à la lèvre tordue
  Silver Blaze (Étoile d’argent) and other adventures of Sherlock Holmes.
  Une étude en rouge
  Le signe des Quatre
  Le Pacte des quatre
  Dès 08 ans: Le Chien des Baskerville
  La compagnie blanche
  Les Cinq Pépins d'orange
  Les neuf femmes de Sherlock Holmes
  La ligue des rouquins

Sir Arthur Ignatius Conan Doyle est un écrivain écossais né en 1859 et mort en 1930.
Il créa le fameux personnage de Sherlock Holmes pour lequel il est mondialement connu, mais produisit également de très nombreux romans d'aventures en tous genres, du roman historique à la science fiction. Prolifique, il écrivit aussi du théâtre et de la poésie.
On trouve une des nouvelles de Conan Doyle dans le recueil "Les Fantômes des Victoriens" .

L'homme à la lèvre tordue - Arthur Conan Doyle

Opiomanie en 1891
Note :

   Le charme d’antant ? Le vrai chic fin XIXème ? C’est Sherlock Holmes qui a vieilli ou mon regard qui a changé ?
   
   « L’homme à la lèvre tordue » est une nouvelle vite lue (vous savez le genre quand on y rentre on ne lâche plus ), typique des aventures du flegmatique détective, typique du Londres de l’époque. Polar, mais témoignage historique également.
   
   Conan Doyle est finalement, avec Maurice Leblanc, avec d’autres sûrement, un des précurseurs de ce genre qui maintenant fait fureur ; le polar, l’enquête policière. Et l’intrigue, ainsi que les ressorts qui permettront à Sherlock Holmes d’en mettre plein la vue à ce pauvre Watson, sont toujours aussi sophistiqués.
   
   On ne peut pas reprocher à Conan Doyle de ne pas s’être creusé les méninges ! Et l’ambiance cosy du salon de Sherlock, son fauteuil, sa pipe, (on imagine même les ronds de fumée !), …
   
   Mais l’opium aussi, et les ravages qu’il peut opérer dans les consciences, Sherlock Holmes ne recule devant rien quand il s’agit de mener l’enquête et on n’a même pas peur. A la fin, c’est toujours lui qui gagne. Dans « l’homme à la lèvre tordue » aussi. Et en plus c’est moral.
   
   Vous reprendrez bien un peu de Conan Doyle ?

critique par Tistou




* * *