Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Danseur de Colum McCann

Colum McCann
  Danseur
  Zoli
  Les saisons de la nuit
  Ailleurs, en ce pays
  La rivière de l’exil
  Et que le vaste monde poursuive sa course folle
  Transatlantic
  Treize façons de voir
  Le chant du coyote

Colum McCann est un écrivain Irlandais né en 1965 à Dublin.

Danseur - Colum McCann

Une vie incandescente
Note :

   Avec ce roman, Colum McCann livre une évocation flamboyante et sensuelle de la vie de Rudolf Noureev, le célèbre danseur étoile russe.
   
   Né en 1938 dans une famille de paysans, Noureev étudia à l'école de Ballet de Leningrad (actuel Saint-Pétersbourg), puis fut engagé comme soliste dans le Ballet Kirov. En 1961, durant une tournée en France avec le Kirov, Noureev échappa à la sécurité soviétique à l'aéroport de Paris et resta à l'Ouest. Il put alors sillonner le monde à sa guise et danser sur les scènes les plus prestigieuses. Sa virtuosité, son charisme, sa soif de perfection firent rapidement de lui un mythe. Directeur artistique de l'Opéra de Paris de 1983 à 1989, il mourut du sida en 1993.
   
   «Danseur» n’est pas une biographie, mais une vision romancée de la vie de Noureev. Fiction et réalité se mélangent pour tracer un portrait fascinant et complexe de l’icône russe. La force du roman réside dans son style narratif : l’histoire de Noureev est racontée par plusieurs personnages l’ayant côtoyé. Ces différents points de vue permettent de saisir l’essence même de cet homme violent et passionné, obsédé par la beauté et le sexe, capable de tous les excès et de tous les sacrifices pour son art. Le roman se fait poignant quand la douleur de l’exil est évoquée : malgré son succès international, Noureev souffre de solitude, et est obsédé par le souvenir de sa mère restée en Russie qui ne le verra jamais danser.
   
   Suscitant aussi bien la haine que l’adoration, un homme de l’envergure de Noureev méritait qu’un livre à la hauteur de son génie et de sa folie lui soit consacré. C’est chose faite avec ce roman incandescent.

critique par Caroline




* * *