Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vous n’écrivez plus ? de Laurence Cossé

Laurence Cossé
  Vous n’écrivez plus ?
  Au Bon Roman
  Les amandes amères
  La Grande Arche
  Nuit sur la neige

Laurence Cossé est une écrivaine française née en 1950.
Elle a été journaliste, critique littéraire (Le Quotidien de Paris) et producteur-délégué à France-Culture.

Vous n’écrivez plus ? - Laurence Cossé

Une palette intimiste d'individualités
Note :

   Onze nouvelles sur le thème de l’écriture : Inspiration, prix littéraire, durée de carrière, lisibilité, imbuvable à interviewer, rapport au père, etc., la gamme est étendue mais toujours en rapport avec cet acte si bizarre pourtant si partagé : le besoin viscéral de saisir un crayon et une feuille.
   
   Pour autant, il ne faut pas vous attendre à des révélations croustillantes ou à la peinture caustique d’un milieu que tout le monde s’acharne à salir de nos jours.
   
   Non, c’est vraiment une palette intimiste d’individualités que nous propose Laurence Cossé, en nous faisant à chaque fois entrer dans l’univers des protagonistes, souvent en demi-teinte.
   
   Par exemple, «Moments perdus», l’histoire d’Edith, qui jongle entre ses différentes tâches quotidiennes, toutes banales, les nôtres, et les deux heures qu’elle consacre contre vents et marées à écrire sous l’œil ventouse de son très âgé beau-père. Ventouse, ou Vampire ? Même son éditeur voudrait effacer le cacochyme… histoire d’une vie !
   
   Ou «Un monsieur», où ce simple mot a une énorme signification, plutôt que type, mec, gars.
   
   Ou encore «Un pull bleu très doux», où ça va finir par rentrer dans ta petite tête que l’auteur n’est pas le personnage, nom de nom ? Ton job, je m’en tape. Mon personnage, Ma vision du truc (la seule valable, est-il besoin de le préciser ?), Moi, Moi, Moi.
   
   C’est bien écrit, bien vu, mais trop vite lu. En route pour les romans de Laurence Cossé, je suis juste mise en appétit, là.

critique par Cuné




* * *