Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La complainte de l'ours de Jean-Louis Etienne

Jean-Louis Etienne
  La complainte de l'ours

La complainte de l'ours - Jean-Louis Etienne

Le ciel, la lune et la mer
Note :

   Jean-Louis Etienne nous offre ici un récit de son aventure au Spitzberg, entre le Groenland et la Finlande, pendant une année à bord de l’Antartica, magnifique bateau rond qui peut par sa forme mieux résister aux pressions de la glace. Par petites vignettes, il nous fait partager ses opinions, nous donne quelques explications didactiques et nous ouvre la nature : des ours, des morses, des autochtones, des glaciers qui surgissent … C’est comme de regarder les reportages sur Arte ou Planète, on bloque dessus et hop, captifs jusqu’au bout. Enfin, moi, parce que je suis complètement fascinée par ces étendues de glace et tout ce qui s’y rapporte. Et que se passe-t-il quand on est coincés sur un bateau pris par la glace pendant tout un hiver sans jamais voir la lueur du soleil ?
   «  A bord, chacun accomplissait à son rythme des tâches quotidiennes, d’entretien, de mesures, d’écriture… La permanence de ce huis clos forçait à s’occuper de soi, en évitant de faire peser sur les autres ses propres exigences. A l’abri des nouvelles du monde, on se soulageait peu à peu de ses migraines et des conflits éternels qui l’animent, qui chagrinent nos âmes d’une impuissante culpabilité. La purge des forces consommatrices laissait la place à l’émergence de valeurs existentielles. Il n’y avait pas de gourou dans cette retraite, ni la main courante d’une foi religieuse. Tous s’étaient engagés sans alibi, sans garde-fou, simplement sur l’envie de vivre cette aventure et que l’isolement mettait à l’épreuve. L’exil imposait à chacun de faire appel à des ressources personnelles, le plus souvent insoupçonnées. Le respect mutuel qu’exigeait ce microcosme, la permanence de la nuit, la sobriété de la vie dans cette puissante nature, donnaient libre cours à une forme de spiritualité laïque, sensible, ouverte, sans parti pris. Il faut rompre périodiquement avec la boulimie compulsive du monde, pour retrouver la délicieuse simplicité de l’humain. »
   
   Rien n’est plus vrai.

critique par Cuné




* * *