Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

A table! de Collectif

Collectif
  Ce que je ne sais pas
  Le musée de l'art
  Hontes
  A table!
  Dès 06 ans: Mes 66 plus belles poésies
  11 femmes, 11 nouvelles
  Les aventures de Jean Conan
  Les cent ans de Dracula
  L'ombre du mur, Chroniques du mur de Berlin
  Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France
  Dès 06 ans: Coffret de contes
  La France des écrivains - Guide Gallimard
  Anthologie, Les Femmes Vampires, de 1823 à 1905
  Poèmes de Paris: Une anthologie à l’usage des flâneurs
  Romans grecs et latins
  Dès 02 ans: Enfantilles
  Dès 10 ans: La revue Dada
  Beowulf
  Dès 08 ans: Mon premier Larousse de l'histoire
  Le Monde de George Sand
  Dès 10 ans: Contes et légendes Nathan
  La plus belle histoire des femmes
  Luc Tuymans
  Les Fantômes des Victoriens
  Dès 08 ans: Magritte, le double secret
  Révolutions animales
  Dès 01 an: Mes plus belles berceuses jazz
  Voyages en train
  La Quête du Saint Graal
  L'une et l'autre
  Séoul, vite, vite !
  Les contes des mille et une nuits
  Dictionnaire des mots manquants
  Déflagrations
  Beyrouth noir
  Les Avatars de Sherlock Holmes
  Contes de Noël : les grands classiques

A table! - Collectif

Carte ou menu?
Note :

   Voici un recueil de nouvelles délicieux à lire. Pourquoi? Parce que le thème tourne autour des joies de la bonne chère et des bonnes tables et que les papilles sont souvent sollicitées! Du coup, le lecteur salive à mesure qu'il avale les mots, succulents, et les phrases aux multiples saveurs.
   
   Il y a des plumes connues et d'autres moins célèbres mais aussi agréables à découvrir: Philippe Claudel, François Vallejo, Marc Villard, François Morel, Dominique Zay, Joseph Incardona, Maxime Goulvenn, Gilles Stassart, Jean-Yves Loude, Brillat-Savarin (c'est tout une histoire ce nom, non?) et Jean-Loup Trassard, nous concoctent des textes truculents à déguster lentement afin que toutes les saveurs imprègnent le palais du lecteur.
   
   Une histoire de voleur qui apprécie le ragoût laissé à mijoter rehaussé d'une bonne bouteille de vin ad hoc et qui laisse un petit mot de remerciement... pince sans rire et hilarant!
   Un couple de retraités met les bouts pour ouvrir une gargotte voyageuse, se fait braquer par des motards indélicats mais gourmets sachant apprécier les bonnes choses.
   Un jeune garçon se lance un défi: réussir à aller jusqu'au bout du repas pantagruélique orchestré de main de maître par sa grand-mère... il mettra des années à y parvenir. La chute m'a renvoyée à une scène d'anthologie d'un film des Monty Python, celle du petit chocolat qui fait exploser l'énorme convive «Un autre morceau?» demande la grand-mère.
   Toutes les raisons sont bonnes pour se rendre dans un bon restaurant et les gourmets s'y retrouvent, toujours les mêmes, autour des mêmes tables. Jusqu'à ce qu'ils ne décollent plus de leur chaise, attendant les mets, bouche ouverte!
   La rencontre d'une aristocrate allemande et d'un jeune homme dans une pension suisse où les souvenirs de sanatorium et de Thomas Mann et sa «Montagne magique» côtoient une cueillette bien particulière de champignons.
   Le souvenir des beignets de fleurs d'acacias, au début du printemps, d'un enfant devenu adulte. Les odeurs particulières de la saison, l'éphémère de la cueillette: un univers empreint de douce nostalgie, à croquer délicatement en rêvant à sa propre enfance.
   Comment réussir à faire manger un enfant à l'appétit d'oiseau? C'est ce qu'un couple de grands-parents va parvenir à rélaiser: tout simplement, raconter des histoires, lire des livres tout en dégustant les bons petits plats de mamie!
   Un restaurant italien tenu par un français, une musique de variété italienne, sirupeuse, des pâtes délicieuses, des souvenirs de dîner en tête à tête et un gimmick savoureux: «Une pâte, peut-être?».
   L'alliance de la littérature et de la cuisine n'est pas un vain mot: «La librairie» propose une carte variée pour tous les âges de la vie.
   Allez, quelques petites mises en bouche:
   «D'abord, désirez-vous un apéritif? L'apéritif maison est à base de quatrains frais et pétillants, soigneusement sélectionnés parmi les meilleurs sonnets érotiques du début du XVIIè.
   Les appétits légers pourront choisir la formule surréelle rapide, le menu Boris, avec cantilènes en gelée en entrée, Vian rouge ensuite sur son paillasson d'herbe de même couleur, et crème d'écume des jours très rafraîchissante. » (p 44)

   
   La narration d'un repas réunissant des curés gourmets par un Jean-Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826) autour d'un plat d'anguille est absolument délicieuse... surtout lorsque les aimables curés se laissent aller à des souvenirs bien peu décents. Mais quelle fut l'épice source de telles confidences?
   
   Un recueil à lire pour se mettre en appétit et goûter à la variété créatrice des plumes d'aujourd'hui ou d'hier, d'ici ou d'ailleurs. Le tout agréablement illustré par de petites planches en noir et blanc. Mais où le ranger? Dans la bibliothèque ou sur l'étagère de la cuisine aux côtés des recettes? Cornélien, non?

critique par Chatperlipopette




* * *