Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Moka de Tatiana De Rosnay

Tatiana De Rosnay
  Spirales
  La mémoire des murs
  Elle s’appelait Sarah
  Le cœur d'une autre
  Moka
  Le Voisin
  Boomerang
  Rose
  A l'encre russe
  Manderley for ever

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Moka - Tatiana De Rosnay

Préparez vos mouchoirs
Note :

   Paris 14°, 2003, Justine Whright, française mariée à un anglais, est traductrice.
   Elle apprend par téléphone que son fils Malcolm, 13 ans, est à l’hôpital dans le coma : il a été fauché par une Mercedes de couleur Moka, qui a pris la fuite.
   
   Passé le premier et terrible choc, chaque membre de la famille intègre à sa façon le drame;
   Justine, elle, trouve la force de ne pas craquer dans la colère et le rejet de tout ce qui a constitué son existence jusqu’à lors. Elle touche du doigt les manquements de son mariage, de ses parents. Elle décide de passer à l’action et de retrouver elle-même le chauffard…
   
   Dès le début le roman sonne juste. Les émotions, la progression des réactions, les détails du quotidien, tout concourt à nous mettre complètement à la place de Justine. Certaines pages sont bouleversantes et on ne peut retenir ses larmes (les appels des copains de Malcolm, les toutes dernières pages...).
   
   Le rythme des phrases est syncopé, rageur, saccadé, pour une accentuation réussie de chaque émotion.
   
   On retrouve en clin d’œil les thèmes chers à l’auteur, la Toscane, Modiano, les figuiers, Daphné du Maurier…
   
   L’évocation permanente de la double culture franco-anglaise est agréable, sans caricature, ponctuée de petites touches d’humour qui offrent un heureux répit dans l’oppression du récit.
   On entre de plain-pied dans l’univers de l’héroïne, enrichi en permanence par petits bouts.
   
   C’est un livre sincère qu’on pourrait prendre pour un témoignage.
   
   De ce fait on est en totale empathie et il est complètement impossible de lâcher en cours : Moka se lit en apnée.
   
   Sans conteste le meilleur roman de Tatiana de Rosnay à ce jour.

critique par Cuné




* * *