Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La machine à broyer les petites filles de Tonino Benacquista

Tonino Benacquista
  Les morsures de l'aube
  Trois carrés rouges sur fond noir
  La maldonne des sleepings
  Quelqu'un d'autre
  Saga
  Malavita
  La machine à broyer les petites filles
  B comme: Le serrurier volant
  Homo erectus
  B comme: La Commedia des ratés
  B comme: Les cobayes
  B comme: L'outremangeur

Auteur français, né le 1er septembre 1961.

La machine à broyer les petites filles - Tonino Benacquista

13 nouvelles
Note :

   En dehors même du fait d’aimer Tonino Benacquista, je crois que j’aurais lu ce recueil pour son titre. «La machine à broyer les petites filles» ! Quelle incongruité et quel appel d’air à l’imaginaire inquiet !
   
   On est en permanence dans l’improbable, le limite-délire, la méchanceté. Les héros révèlent très vite sous, parfois, un aspect anodin, une personnalité criminogène, psychopathe, dérangée.
   
   Pour autant ce n’est pas pénible à lire, Tonino Benacquista sachant trouver la distance, le recul, qui permet au lecteur de tenir le rôle de spectateur de la performance littéraire ou imaginaire plus que de l’horreur de la situation.
   
   Nos rues, nos vies, seraient-elles truffées de ces héros troubles, capables pour une vengeance, pour une rage enracinée, des actes les plus fous et les plus imprévisibles ?
   Vous avez déja envisagé l’approvisionnement de pizzas sous l’angle d’une chasse sans pitié de ces deux-roues qui vrombissent dans nos rues pour en assurer la livraison ?
   
   Et une Foire au crime ? Une Foire comme il en existe sur le thème de la Nature, ou du sexe, ou … Vous l’auriez envisagé, vous, la Foire au crime, où les meilleurs tueurs à gage, les meilleurs fournisseurs des gadgets les plus tordus, vous proposent leurs services ?
   
   Un imaginaire fou. Fou au sens propre. Voilà ce qui a guidé Tonino Benacquista dans l’écriture de cette «machine à broyer les petites filles».

critique par Tistou




* * *