Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chroniques du plateau Mont-Royal de Michel Tremblay

Michel Tremblay
  Le cahier rouge
  C'ta ton tour Laura Cadieux
  Les belles sœurs
  Bonbons assortis
  Un ange cornu avec des ailes de tôle
  Quarante-quatre minutes Quarante-quatre secondes
  Chroniques du plateau Mont-Royal
  Le trou dans le mur
  La Traversée du continent
  La traversée de la ville
  La Traversée des sentiments
  Au hasard la chance

Michel Tremblay est un écrivain québécois, né en 1942.
Il écrit des romans et du théâtre.
Il a profondément marqué le monde littéraire canadien en utilisant le dialecte québécois (le joual), en exerçant une critique de la société sclérosée et en choisissant ses personnages principaux parmi les classes laborieuses ( des femmes, en particulier). Par delà même le monde littéraire, il a eu une réelle influence sur l'évolution des idées au Québec.
La qualité de son travail est reconnue et, depuis 30 ans, son oeuvre est couronnée de prix.

Chroniques du plateau Mont-Royal - Michel Tremblay

Michel Tremblay, mon héros
Note :

    Tome 1. La grosse femme d’à côté est enceinte
    Une journée à Montréal, en 1942, ni extraordinaire ni vide, plein de personnages tous très bien présentés, une touche de fantastique, d'humour, d'amour, mais surtout, surtout : Une palette extrêmement bien rendue des variétés de la nature humaine.
   
   C'est savoureux ! Comment ne pas comprendre ces différents héros et héroïnes, empêtrés dans leur caractère, brûlant tous du désir de se faire comprendre, s'aimant, se détestant...
   
   Il y a bien sûr un chat, ne cédant pas sa place dans l'histoire, on rencontre même Laura Cadieux encore jeune ! La pauvre se voit gonfler de jour en jour, ayant la malchance (!) d'avoir épousé un maître-saucier qui exerce ses talents sur elle...
   
   J'aime tout dans ce livre. Et par dessus tout la grande sensibilité de Michel Tremblay qui transfigure l'ordinaire...
   
   
   Tome 2. Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges
    "Thérèse pis Pierrette" sont en fait un trio : il faut ajouter Simone. Nous sommes un mois après le 1er livre, les cours à l'école des Saint-Anges ont repris.
   
   C'est surtout les 3 fillettes qu'on va suivre dans ce second tome. Simone a été opérée de son bec de lièvre, Thérèse est toujours en proie aux tourments de l'éveil des sens, et Pierrette a toujours honte de ses dents.
   
   A côté de leur histoire, tous les autres personnages sont toujours présents, avec en prime une horrible mère sup remplie de mesquinerie et de méchanceté.
   
   Je suis de plus en plus intriguée par les voisines d'Albertine, ces 4 femmes mystérieuses et invisibles à presque tous...
   
   
    Tome 3. La Duchesse et le roturier
    Nous sommes en 1947, et Victoire va nous quitter là, entraînant avec elle sans doute très vite après Josaphat.
   
   Edouard est celui que nous allons le plus suivre, dans le Montréal nocturne des revues, du spectacle, lui qui à la mort de sa mère va tenter de se révéler tel qu'il voudrait être.
   
   Ce 3° tome est bouleversant. L'analyse de la relation d'Edouard à sa mère est hyper pertinente. Les réactions de la grosse femme face à l'homosexualité de son beau-frère sont immensément humaines, je suis émerveillée de la façon si précise et délicate qu'à Michel Tremblay de nous dépeindre avec minutie et beauté tous les petits riens qui nous construisent.
   
   Deux moments forts pour moi dans ce tome :
   Le 1er, la scène dans le café avec Thérèse et les verres d'eau chaude. Hilarant ! Dans cette scène tout est dit : Lucienne et Richard, qui cherchent à "s'élever" de leur condition, sans échapper au snobisme leur faisant traiter de haut leurs anciens congénères, Thérèse qui débarque et qui sent tout ça en un instant, et la chute drolatique avec la petite mesquinerie de la serveuse ... Superbe !
   Le second, extrêmement percutant, c'est la petite phrase de Marcel à sa tante juste avant qu'elle ne parte pour voir Tino Rossi... "J'ai choisi le mensonge..." Extraordinaire ! Ça vous tue complètement ! Reprenant une longue conversation, par cette petite phrase il renonce à sa personnalité profonde, montre son désir de se conformer pour vivre au milieu des autres, c'est terrible !!! Et ça arrive juste après un long moment d'excitation, car on est tout émoustillés aussi à l'idée d'aller au concert avec Albertine et la grosse femme...
   
   Ah non vraiment ce livre est construit de façon magistrale, je n'exagère pas du tout, c'est magnifique.
   
   
   Tome 4. Des nouvelles d'Edouard
    Tout commence dans les coulisses d'un cabaret gay, ça dure un peu, on peut craindre de passer un tome entier avec ces travestis et hum... on se lasse d'avance... Mais badaboum, Edouard se fait assassiner, et en hommage posthume ses amis entreprennent la lecture du journal de son voyage à Paris; Il en a rajouté toute sa vie, et dans ce journal tout autant, mais il est destiné à la Grosse Femme, sa belle-sœur, et sous la plume sarcastique se dévoile toute sa profondeur.
   
   On aborde les sentiments communs à tous ceux qui l'ont vécu, on visite le snobisme, le chacun-pour-soi.
   
   On croise Boris Vian, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, en l'espace de 36 heures on visite plein de quartiers différents.
   
   On touche du doigt les différences de culture, jusque dans les détails du quotidien.
   On parle de bonheur d'occasion, de Gabrielle Roy !!
   
   Bref, c'est passionnant, pas moins.
   
   
    Tome 5. Le premier quartier de la lune
   On retrouve dans ce 5° tome la même construction que dans le 1er : on concentre tout le livre sur une seule journée, celle qui ouvre l'été 1952. Les 2 héros sont cette fois Marcel et son cousin, l'enfant de la grosse femme. Marcel aura finalement grandi à cheval entre ses 2 vies, délaissant peu à peu l'imaginaire sans entrer vraiment dans la réelle... et il est devenu un préado "différent", en classe spéciale car pas capable de suivre une scolarité normale, sans pour autant être réellement déficient.
   
   Albertine vieillit fidèle à elle-même, dure, lunatique, mais nous offre pourtant en fin de livre un passage bouleversant construit en toute musicalité. Cette journée est aussi celle des examens pour passer dans la classe suivante pour toute la petite troupe de copains de la rue Fabre, et la découverte de la télé pour la grosse femme.
   
   J'ai trouvé que ce tome était bien triste, presque comme si nous lecteurs devions aussi abandonner le côté fantastique, irréel et léger, humoristique des évènements précédents pour "retomber" dans le quotidien routinier, qui déçoit toujours surtout quand on est dans l'attente du souffle romanesque qui nous permettrait de le transcender...
   
   Mais à l'image de la vie elle-même, il faut en passer par là pour appréhender l'ensemble...
   
   
   Tome 6. Un objet de beauté
   Dernier tome des Chroniques du Plateau Mont-Royal, Un objet de beauté fait mal.
   
   Il fait mal parce que la vie est bien dure pour tous nos personnages qui ont grandi, vieilli. Mal aussi parce que Marcel, qui est le héros principal de l'ouvrage, est tout à la fois psychotique et capable d'une imagination d'une beauté fulgurante : un film, un livre, un peintre... J'ai relu 2 fois ces chapitres en savourant chaque mot, chaque image. Nous vivons avec Albertine et Marcel, Thérèse et Simone, Nana la grosse femme, et rien ne va, pour personne. Je ne veux rien dévoiler de la fin, mais que la vie est injuste...
   
   Alors voilà, on termine ces chroniques et à la douleur d'en avoir fini avec ces belles pages, s'ajoute la désespérance de ces personnages englués, coincés, lucides et malheureux.

critique par Cuné




* * *