Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Histoire de la musique au Moyen-Age (XIIIe - XIVe siècles) de Bernard Gagnepain

Bernard Gagnepain
  Histoire de la musique au Moyen-Age (XIIIe - XIVe siècles)

Histoire de la musique au Moyen-Age (XIIIe - XIVe siècles) - Bernard Gagnepain

Naissance de la "polyphonie"
Note :

   Cette histoire de la musique au Moyen-Age s'intéresse plus particulièrement à une musique que l'on pourrait, faute de mieux, qualifier de "savante". Des pièces plus populaires comme les chants et danses de pèlerins rassemblés dans le Livre Vermeil de Montserrat - qu'un Jordi Savall ou un Jean Tubéry ont ressuscités pour notre plus grand plaisir* - ne bénéficient par contre que d'un bref commentaire. Bernard Gagnepain a en effet choisi de concentrer son attention sur l'essor, au cours des XIIIème et XIVème siècles, de ce que l'on qualifie habituellement de polyphonie ("musique à plusieurs voix"), un terme qui est lui-même matière à débat et auquel Bernard Gagnepain préfère d'ailleurs celui, plus précis, de "polymélodie".
   
   A vrai dire, les premières expérimentations dans la voie de la polymélodie semblent bien antérieures au XIIIème siècle: l'emploi de sons superposés est évoqué dans des traités de théorie musicale du IXème siècle, qui s'appuient eux-mêmes sur les théories de la consonance développées quelques siècles plus tôt par Saint-Augustin (Vème siècle) et par Boèce (VIème siècle), théories selon lesquelles les intervalles de quarte, de quinte et d'octave forment les seules consonances parfaites. Il faut cependant attendre le XIème siècle et le manuscrit des tropaires dits de Winchester ou encore les tropaires martialiens (qui tirent leur nom de l'Abbaye Saint-Martial de Limoges), pour disposer des premières "partitions" de pièces polyphoniques.
   
   A partir de ces premiers balbutiements, deux siècles d'effervescence créatrice ont vu tout à la fois le développement d'une profonde réflexion théorique et d'une rationalisation de la notation qui atteint son apogée avec le traité de l'Ars Nova de Philippe de Vitry - traité qui donnera son nom à toute la création musicale du XIVème siècle -, et la cristallisation de formes nouvelles qui connaîtront une longue postérité comme le motet ou le madrigal. Le poète et musicien Guillaume de Machaut, qui fait seul l'objet d'un copieux chapitre de cette histoire de la musique au Moyen-Age, s'impose comme l'une des personnalités les plus marquantes de cette période. Non content de s'illustrer par la composition de motets ou de chansons relevant de l'art courtois (rondeaux, virelais...), il est en effet le premier à avoir proposé - avec sa messe de Nostre-Dame - une messe polyphonique conçue comme un véritable cycle, annonçant ainsi les chefs-d'oeuvre de Johannes Ockeghem, Guillaume Dufay, Josquin Des Prés...
   
   Bernard Gagnepain s'attache ici à retracer l'évolution des pratiques de composition (déchant, "double cursus", échange de voix...) et de l'ornementation (mélisme, 'truncatio vocis' ou hoquet...) au fil des XIIIème et XIVème siècles. S'agissant d'une musique qui nous est parvenue grâce à sa transmission par des sources écrites, l'auteur a également accordé une attention particulière aux principaux manuscrits musicaux de cette période, manuscrits qui font donc l'objet de présentations détaillées insérées dans le fil de l'histoire de la musique proprement dite.
   
   Vous aurez compris que le sujet de cette histoire de la musique au Moyen-Age est pour le moins "pointu". La musique dont il est question ici a sans doute été composée à l'intention d'un public averti. Il s'agit véritablement d'une musique "savante" et son histoire fait appel à un vocabulaire technique très spécifique, et qui n'est pas dénué d'obscurités ou d'ambiguïtés même pour les spécialistes. C'est dire que la lecture de cette histoire de la musique au Moyen-Age est ardue et qu'elle nécessite une attention soutenue. Mais cela me semble inévitable, de par la nature même du sujet traité, et je trouve en fait que Bernard Gagnepain nous propose ici un bon ouvrage de vulgarisation à la présentation claire, agrémentée en outre d'un joli choix d'illustrations.
   
   
   * L'enregistrement du Llibre vermell de Montserrat par l'ensemble Hesperion XX sous la direction de Jordi Savall est disponible à prix doux chez Virgin/Veritas: un enregistrement qui n'a rien perdu de son charme même s'il est déjà un peu ancien, et offre toujours une belle opportunité de découvrir ce répertoire...

critique par Fée Carabine




* * *