Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La jambe gauche de Joe Strummer de Caryl Férey

Caryl Férey
  La jambe gauche de Joe Strummer
  Zulu
  Mapuche
  Famille Nucléaire
  Condor
  Les nuits de San Francisco
  Plutôt crever
  Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale
  Utu
  Pourvu que ça brûle

Caryl Ferey est un écrivain français né à Caen en 1967.

La jambe gauche de Joe Strummer - Caryl Férey

Faits d'hiver
Note :

   Mc Cash n'aime pas Noël. Mc Cash n'aime pas grand monde d'ailleurs, sauf le leader du groupe Clash et en particulier La jambe gauche de Joe Strummer.
   
   Même s'il vient de donner sa démission de la police, se laisse pourrir sur pied et envisage de passer de l'autre côté, un courrier providentiel vient lui apprendre qu'il est père d'une petite fille. Cela le met plutôt en rogne mais la curiosité est la plus forte et le voilà parti en Bretagne pour si ce n'est rencontrer mais du moins apercevoir sa fille."Une orpheline retrouve miraculeusement son père, ancien activiste expulsé d'Irlande et devenu inspecteur de police pour se racheter un avenir affectif en toc massif, mais comble de malchance, le père,gangrené jusqu'à la moelle, préfère se tirer une balle dans l'oeil !"Voilà comment le personnage principal ironise sur la situation.
   
   Mais MCCash le borgne trouve toujours le moyen de se fourrer dans les ennuis et les cadavres pleuvent bientôt autour de lui...
   
   L'intrigue est plutôt paresseuse, on se doute bien que le père bougon en diable va finir par se laisser attendrir par sa fille mais c'est surtout le style de Caryl Férey qui donne tout son punch au roman, "Le contenu des dossiers s'avérant aussi trépidant que la vie d'un gravier..." , ainsi que les personnages, que ce soit ce ronchon de Mc Cabe ou l'assistante sociale pas piquée des vers qu'il rencontre sur son chemin. Le tout scandé par des titres de Clash qui donnent leur nom aux chapitres, "Rock the Casbah", nous valant un petit détour au Maroc, où Mc Cab , fidèle à lui même, s'étonne que les gens dans la rue lui sourient : "Mc Cabe s'était même demandé un moment s'il n'était pas suivi par une espèce de clown à la con, mais il finit par s'y faire".
   Je vous souhaite plein de sourires dans la rue...
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Alice au pays des horreurs
Note :

    Dans ce roman datant de 2007 nous retrouvons Mc Cash. Et on ne peut pas dire que sa vie soit meilleure, pour ne pas dire qu’elle est pire. Il réside à Brest. Le bout du monde pour un homme au bout du rouleau.
   
    La prothèse de son œil non changée, ni nettoyée depuis trop longtemps s’est infectée et lui cause des douleurs quasi insoutenables. Seuls remèdes, les drogues et l’alcool !
   
    Un jour une lettre d’une ancienne maîtresse de sa vie rennaise lui annonce qu’elle est très malade sans aucune possibilité de guérison et qu’il est le père de sa fille Alice.
   
    Cette enfant est dans une famille d’accueil à Montfort sur Meu…
   
   Il s’y rend et comme pour fêter son arrivée, il découvre le corps d’une petite fille noyée qui semble d’origine étrangère. Qui est la morte ? Le mystère est total !
   
    Il fait un coupable idéal, sa qualité d’ex-policier ne l’épargne pas des soupçons d’ Yvon Ledu, chef de la gendarmerie.
   
    Spontanément Alice vient le voir et lui dit avoir vu la jeune noyée, chez Le Guillou, directeur du foyer de l’enfance… Est-il mêlé de quelque façon que ce soit à ce drame… ? Il a été plusieurs années en poste en Roumanie ! La fillette est-elle une victime d’un trafic d’enfants ?
   
    En tout état de cause, la vie du village va être bouleversée. L’Ankou arrive en force avec sa faux et l’hécatombe remplit les cimetières et aussi les points d’eau des environs !
   
    Le Guillou est assassiné, Mc Cash tue plusieurs de ses assaillants, un téléphone trouvé sur l’un d’eux lui dévoile une autre piste : un dénommé Alain Blanckert riche entrepreneur en travaux publics. Que vient-il faire dans cette galère ?
   
    Avec l’aide de Saholy Debetz, une assistante sociale, Alice est mise en sécurité dans le Jura, il était temps, sa famille d’accueil est massacrée…
   
   Alors pour Mc Cash, direction Marrakech à la recherche de ce mystérieux industriel qui est accompagné dans son voyage par son cousin, Philippe Levasseur, architecte à La Noye qui se trouve à 10 kilomètres de Montfort. Le monde est petit et l’affaire prend une autre direction !
   
    Nous retrouvons Mc Cash, "héros" récurrent, égal à lui-même, entre tueries et rencontres féminines, mais toujours hanté par le souvenir d’Angélique, son ex-double épouse ! La venue d’Alice va-t-elle le sauver du naufrage ?
   
    Le même style d’écriture que "Plutôt crever", le premier ouvrage de la série, sombre, mais agréable à lire.
   
   
    Extraits :
   
   - Mc Cash attrapa Alice prisonnière du carrelage et repartit par où ils étaient venus — cette vieille chouette fardée lui rappelait la mère Thatcher.
   - De nos jours, le trafic d’enfants est un des plus rentables sur le marché : à la différence de la drogue, un gosse peut être utilisé plusieurs fois…
   - Ses années à l’IRA et autant d’opérations policières illégales avaient fait de lui un passe-muraille : l’ouverture céda sans presque un bruit.
   
   - Quand, gamin, il sortait d’une séance de torture chez le dentiste, sa mère lui achetait un soldat chez O’Kelly, le magasin de jouets, à Belfast : ça lui faisait du bien.
   — Ça ne va pas, monsieur ? demanda l’hôtesse de l’air.
   
   - Sa voix de pintade rappelait les solos de guitare des années quatre-vingt.
   Avec son chignon laqué et son rictus un rien supérieur, elle rappelait une autre Dame de Fer…

critique par Eireann Yvon




* * *