Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Court serpent de Bernard Du Boucheron

Bernard Du Boucheron
  Court serpent

Court serpent - Bernard Du Boucheron

Les excès de la religion
Note :

   Ce roman raconte le périple de l’Abbé Montalus au XIVième siècle pour retrouver une colonie chrétienne isolée du pôle Nord. Le voyage sur le navire «Court serpent» en sera un des plus éprouvants pour l’équipage et pour le lecteur peu familier avec la rudesse de ce type d’expédition. Arrivé sur les lieux, le missionnaire s’appliquera à imposer la domination de la morale chrétienne sur un peuple dénué de quelconques valeurs.
   
   Tout comme la contrée que l’Abbé de Joug-Dieu doit purifier, le texte de Du Boucheron est revêche. En fait, c’est un énorme bloc de longues phrases qui ne nous laisse aucun instant pour respirer et qui requiert un effort de concentration herculéen. Certains seront offensés par les atrocités de la tâche inquisitoire, mais il faut dire que Du Boucheron possède la langue parfaitement, même les pires scènes sont poétiques !
   
   Malheureusement, tout est abordé à partir de l’angle de cette mission divine, comme si le lecteur devait se faire complice de ce carnage. On n’apprend rien des habitants de Thulé. Ils n’offrent aucune résistance. Il n’y a pas d’échanges entre les colonisateurs et les colonisés qui auraient pu donner une autre dimension à ce récit linéaire.
   
   À réserver aux braves admirateurs de la littérature rigoureuse ou aux nostalgiques de l’inquisition…
   
   PS : Ce livre a obtenu le Grand prix de l’Académie française
   ↓

critique par Benjamin Aaro




* * *



La question que je me pose:
Note :

   Voilà un livre qu'il faut lire et ne pas lire. Le lire car il est de ces petits moments historiques méconnus de nos vies qui sommeillent soit dans nos inconscient, soit plus vraisemblablement dans les parchemins enluminés de nos ancêtres et découvreurs de territoires vierges de toute civilisation. Et puis ne pas le lire car c'est terrible, un entrelacs de macabres histoires qui vous font froid dans le dos et pas seulement et après lesquelles vous n'irez plus dans le même état d'esprit découvrir les pays où le froid et l'isolement règne...
   
   Dans ces confins, dans ces territoires isolés et reculés, là où Dieu lui même ne prétend pas réchauffer l'atmosphère vous découvrez ce peuple enfin cet amalgame complexe de gens rassemblés dans un village sans nom où s'il en a un, oubliez-le vite par peur de vous le remémorer et suivez les avancées reculades d'un certain abbé Montanus missionné sur cette terre de misère pour rendre, redonner la Foi, la Confiance dans Dieu et dans l'Eglise.
   
   On doit être dans les années 1500 et quelques ou un peu plus tard et le froid vous assaille de tous côtés, difficultés de survivre même en mangeant des restes humains,... Rien ne sert de courir, Bernard du Boucheron qui a reçu le prix du roman de l'Académie française 2004 pour ce récit, continue sa longue litanie avec à se mettre sous la dent un peu d'inceste, un soupçon de meurtre, un peu d'apostasie, de la torture bien évidemment et de l'échangisme. On se croirait presque de nos jours en pleine Amérique festive et ou en plein road-movie d'un serial killer.
   
   Autant vous dire que rien ne nous est épargné et que le salut est d'un autre temps, d'un autre monde mais c'est bien écrit...
   
   Mais est-ce que cela vaut la peine d'être lu in fine? C'est bien la question que je me pose.................................

critique par Herwann




* * *