Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La poursuite du bonheur de Douglas Kennedy

Douglas Kennedy
  L'homme qui voulait vivre sa vie
  Une relation dangereuse
  Cul-de-sac
  La femme du Ve
  Les charmes discrets de la vie conjugale
  La poursuite du bonheur
  Les désarrois de Ned Allen
  Piège nuptial
  Quitter le monde
  Cet instant-là
  Cinq jours
  La symphonie du hasard T1

Douglas Kennedy est un écrivain américain né en 1955 à New York. Il a été régisseur de théâtre aux Etats Unis puis en Irlande. Il commence à écrire en 1978 et quitte son emploi pour s'y consacrer dès 1983. Néanmoins, il doit encore écrire pour des journaux pour assurer sa subsistance. Sa première pièce est jouée en 1986. C'est un four. Il commence à être publié en 1988 et connaît le succès très rapidement.

La poursuite du bonheur - Douglas Kennedy

Rien qu’une nuit…
Note :

   Rien ne sert de vous dire que je suis fan de Douglas Kennedy, pourtant je le redis et reredis… j’ai été absolument bouleversée par ce roman…
   
   Kate a la quarantaine bien tassée, un mariage raté, un fils et un passé quelque peu douloureux… Elle a perdu son père à l’âge de dix-huit mois. C’est à l’enterrement de sa propre mère qu’elle va rencontrer une mystérieuse femme qu’elle ne connaît absolument pas et qui la dévisage… C’est ainsi qu’elle va faire la connaissance de Sara et découvrir le véritable passé de sa mère mais surtout, de son père…
   
   Son histoire commence un soir de 1945, à Thanksgiving…Sara, malgré ses réticences, débarque à une soirée organisée par son frère… Sans grand intérêt pour elle, cette soirée touche à sa fin mais son regard croise celui de Jack Malone, journaliste de l‘armée américaine… En une seule soirée, ils vont vivre ce que chacun aimerait rencontrer une fois dans sa vie, la passion, l’amour, le vrai… Mais malheureusement, comme tout coup de tête, il doit finir brutalement, Jack doit partir dès le lendemain et ce pour neuf mois… Il lui promet malgré tout de lui écrire et surtout lui demande de l’attendre… Pour cette jeune femme, neuf mois ne sont rien, même si chaque jour est une souffrance…
   Et pourtant, Jack ne répondra jamais à ses lettres, même pas à la première…
   
   Je ne veux pas aller plus loin dans ce petit résumé qui me paraît bien fade face au contenu de ce roman, mais je n’arrive pas à faire mieux… Ce n’est pas du tout une histoire à l’eau de rose, c’est beaucoup plus profond… Il y a bien sûr l’histoire d’amour de ces deux personnages (et encore ‘histoire d’amour’ est très réductif) mais beaucoup d’autres sujets, notamment la vie dans les années quarante puis cinquante, les idéologies de l’époque, les mentalités, la vie politique toujours très présente chez Douglas Kennedy…
   
   Quand je dis que j’ai été bouleversée, c’est parce que le destin de cette Sara est absolument cruel, torturé et elle se relève toujours et j’avoue que je suis toujours étonnement surprise de la manière dont Douglas Kennedy arrive aussi bien à faire parler les femmes, on a vraiment l’impression qu’il arrive à se mettre dans notre peau, de comprendre nos sentiments les plus profonds…c’est très fort pour un homme !
   
   En résumé, pas de pathos, pas d’eau de rose, mais le bouleversement sur toute une génération par ce qu’on peut appeler «le véritable amour»…
   
   Pour information, c’est le deuxième livre à cause duquel j’ai pleuré (le premier étant «le journal d’Anne Frank» et donc une histoire vraie…

critique par Mme Patch




* * *