Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La dame au petit chien et autres nouvelles de Anton Tchekhov

Anton Tchekhov
  Elle et lui, et autres nouvelles
  La dame au petit chien et autres nouvelles
  La Fiancée et Autres Nouvelles
  Lettres de voyage
  L'Ile de Sakhaline
  Oncle Vania
  Les trois sœurs
  Une banale histoire
  La Cerisaie
  La Steppe

Anton Tchekhov (1860-1904), fils d'un épicier qui fit faillite, devint médecin et exerça cette profession jusqu'à la fin de sa vie. Dramaturge célèbre, il est aussi l'auteur de centaines de nouvelles.

La dame au petit chien et autres nouvelles - Anton Tchekhov

Tout en délicatesse... peut-être un peu trop
Note :

    Après la lecture de ces quelques nouvelles décrivant des femmes incomprises dans leur malheur dont personne n'imagine l'existence, le moins que je puisse dire c'est que mes sentiments sont mitigés. Je vais donc faire la classique liste des plus et des moins.
   
    Les plus: Le moins que l'on puisse dire c'est que Tchekov a un très beau style. Chaque détail a son importance et est mis en valeur. Il a une maîtrise quasi-parfaite de la description des sentiments. Ensuite, il est clair que le fait que Tchekov donne une importance à la femme (ce qui prouve une certaine ouverture d'esprit de sa part) et même si parfois il se trompe dans la description des sentiments on peut être touchés et surtout touchéES. Certaines nouvelles sont de petits bijoux, pour ma part je choisirais La Cigale et bien entendu la plus célèbre à juste titre de toutes La Dame au Petit Chien qui décrit les sentiments amoureux de la plus belle des façons. Enfin, le fait que le malheur des femmes est parfois ambigu redonne de la profondeur aux nouvelles.
   
    Bien moins agréable pour Tchekov maintenant, les moins à commencer par une certaine lassitude lorsque les nouvelles se suivent et que le style finalement ne change pas beaucoup. Les situations décrites sont pourtant très différentes les unes des autres, mais on reste sur l'impression de relire un peu toujours la même chose. Et puis même si Tchekov essaie de décrire les sentiments féminins, force est de constater toujours la même chose : personne ne décrit mieux les sentiments féminins qu'une femme. Mais bon on ne saurait reprocher à Tchekov le fait qu'il est un homme. Je crains aussi que certains hommes un peu moqueurs envers la femme ne changent pas vraiment d'avis après la lecture du livre.
   
    En bref, nouvelles à lire seulement pour un certain type de lecteurs à savoir ceux qui aiment tout particulièrement l'écriture belle et précise, ainsi que les fins sentiments. Il faut une certaine expérience de lecteur pour être pris dans les nouvelles. On n’est pas avidement attirés par les récits et c'est bien dommage...
    ↓

critique par Moineau




* * *



Un arrière goût amer
Note :

   Quatrième de couverture:
   
    Voici des nouvelles sur le " royaume des femmes". Ainsi, la Dame au petit chien promène son ennui et son chien sur la digue d'une station de la mer Noire. Un homme solitaire la remarque, l'aime, mais ne peut triompher plus tard de toutes les barrières qui se dressent sur le chemin de leur bonheur. Tchékhov souffrait d'une impossibilité d'aimer. Mais l'amour lui inspire émotion ou ironie (" Si vous craignez la solitude, ne vous mariez pas "), et une grande variété de tableaux : " Une nouvelle qui n'a pas de femmes, écrit-il, c'est une machine sans vapeur." L'héroïne par excellence est pour lui la femme incomprise, qui rêve d'une autre vie, inaccessible.
   

   
   
   Si j'ai choisi de lire "La Dame au petit chien" pour découvrir la littérature russe, c'est parce que Bernard Schlink dans "Le Liseur" y fait référence. "Le Liseur" m'a bouleversée, c'est pourquoi j'ai décidé de lire "La Dame au petit chien", en essayant de m'imprégner de cette lecture que fait Michael à Hannah.
   
   "La Dame au petit chien" c'est Anne von Diederitz, aristocrate de province qui rencontre un banquier de Moscou, Dmitri Gourov lors de vacances à Yalta sur la mer Noire. Tous deux sont mariés mais ils tombent amoureux. Cette histoire d'amour est racontée avec nuance et sensibilité. Un amour impossible, un adultère qui place nos deux protagonistes dans une mise en scène dramatique. Néanmoins Tchékhov raconte leur quotidien avec une pointe d'humour qui est propre à son œuvre. Si j'ai été touché par "La Dame au petit chien" , les autres nouvelles ne m'ont pas emballée. Le ton ironique de Tchékhov laisse un arrière goût amer. Si le thème est l'amour sous toutes ses formes, c'est surtout l'impossibilité d'aimer qui est mis en avant dans ce recueil de nouvelles.
   
   Les femmes sont mises à l'honneur mais ce sont bien les tourments que provoquent les sentiments affectifs et amoureux qui sont dépeints dans ce "royaume des femmes". L'héroïne est ici une femme seule, qui bien souvent n'aime pas sa vie ou une femme au regard froid, inaccessible, incomprise. Ces tableaux de femmes sont teintés de cynisme, le mariage n'est qu'un leurre et l'amour bien souvent fuit. Anton Tchékhov a un regard acerbe mais très avisé et cela rend ses nouvelles réalistes.

critique par Laël




* * *