Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke

Laura Kasischke
  Un oiseau blanc dans le blizzard
  A moi pour toujours
  A suspicious river
  Rêves de garçons
  La Couronne verte
  En un monde parfait
  Les revenants
  Esprit d’hiver
  La vie devant ses yeux
  Si un inconnu vous aborde...

Laura Kasischke est une écrivaine américaine née en 1961.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Un oiseau blanc dans le blizzard - Laura Kasischke

Au nom du père et … de la mère!
Note :

   Second roman de cette auteur américaine, mais le premier que je lis.
   Ayant entendu beaucoup de louanges sur cette dame, j'espèrais qu'elles étaient méritées!
   L'histoire se déroule pendant les mois de janvier des années 1986 à 1989.
   Du haut de ses seize ans, Kate nous raconte l'histoire de sa famille.
   Nous sommes dans une banlieue aseptisée de Toledo dans Ohio, rien qu'avec cela on s'imagine que la vie ne doit rien avoir d'exaltant.
   
   Tellement rien d'ailleurs, qu'Eve, après 20 ans d'un mariage sans amour, (qu'en terme galant ces choses-là sont dites) disparaît, laissant dans leur pavillon son mari et Kate sa fille. Le lendemain son père lui annonce : "maman a téléphoné, elle nous quitte".
   Kate qui vient de découvrir l'amour, puis le sexe, avec Phil son voisin, n'est pas réellement surprise ni traumatisée par le départ de sa mère qui n'avait jamais aimé son mari et ne s'en cachait pas.
   
   Une vie suintant l'ennui entre un mari terne, mais qui plaît aux femmes mais pas à la sienne, une fille jeune, pas très belle mais qui plaît, ont décidé du départ d'Eve.
   Kate se souvient de cette femme encore belle mais revêche, maniaque de la propreté jusqu'à l'obsession, qui détestait son mari.
   
   Le temps passant, une sorte de rapprochement s'opère, Kate dès qu'elle obtient son permis de conduire prend le break de sa mère, puis sa place à table. Elle porte ses vêtements, saccageant les plus coûteux en les passant à la machine à laver, puis au sèche-linge. Parfois ses nuits sont peuplées de cauchemars concernant sa mère.
   
   Une écriture de qualité et la vie d'une famille d'américains moyens passée au crible d'une romancière appuyant très fort là où cela fait très mal.
   
   La mauvaise face de l"American Dream", la moyenne bourgeoisie et son mal de vivre.
   
   Une découverte et une intrigue de qualité qui accroche, en bref, un excellent roman.
   
   Extraits :
   - "Cette Eve-là, tout comme la première, s'ennuyait ferme dans son jardin, à Garden Heights. "
   - "Oui, eh bien moi, je ne peux pas sentir ton père", me répondit-elle alors. "
   - "Ta mère ne m'a jamais aimé" me dit-il.
   -"En vérité, ma mère a disparu vingt ans avant le jour où elle est réellement partie. "
   - "Tu as l'air de ce que j'étais quand j'étais toi. "
   - "Le mot clé, à Garden Height, c'était la nouveauté. La nouveauté et l'uniformité. "
   - "Nous formions un groupe familial plutôt incertain. "
   - "Mais le fait qu'elle le détestait ne semblait pas diminuer l'amour qu'il lui portait. "
   - "Qu'est-ce qu'une analyste peut bien analyser d'une vie pareille? "
   -"Une année dans un Eden où aucune Eve n'avait jamais vécu. "
   - "Nous avons tous eu des enfances merdiques. Et alors? "
   - "Il n'y a pas d'autres garçons avec qui sortir, par ici, y a que des cons et des sportifs. "

critique par Eireann Yvon




* * *