Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le couperet de Donald Westlake

Donald Westlake
  Au pire, qu'est-ce qu'on risque ?
  Adios Scheherazade
  Kahawa
  Moi, Mentir ?
  Mauvaises nouvelles
  Trop humains
  Un jumeau singulier
  Mort de trouille
  Le couperet
  Jimmy the Kid
  Pierre qui roule
  Aztèques dansants
  Surveille tes arrières!
  Mémoire morte
  Envoyez les couleurs

Ecrivain américain auteur d'une centaine d'ouvrages, policiers pour la plupart.
Il est né à New York en 1933 et est mort d'une crise cardiaque au Mexique le dernier jour de 2008.
Il a publié sous presque une vingtaine de pseudonymes, dont Richard Stark.

Le couperet - Donald Westlake

Un polar passionnant qui s'attaque au chômage
Note :

   Burke Devore, contrairement à son père, n'a jamais tué personne. Il aimerait savoir ce que ça fait d'éliminer un autre être humain mais il ne peut plus en parler avec son père, mort d'un cancer du poumon. Cet homme n'est pour autant pas un criminel, il a juste fait la guerre et Burke a hérité de son Luger dont il ne s'est jamais servi. Il ressort cette arme, dans le but de tuer un certain Herbert Coleman Everly. Tout simplement parce que cet homme, qu'il ne connaît même pas, est un concurrent potentiel dans sa recherche d'emploi. L'un comme l'autre ont travaillé dans l'industrie du papier. En effet, Burke Devore est au chômage depuis deux ans et il commence sérieusement à en avoir marre d'être recalé d'entretien en entretien. Alors pour connaître le nom de ses concurrents, il va tout simplement passer une annonce fictive... Le nombre de curriculum vitae qu'il reçoit est impressionnant. Parmi ces CV, il va en sélectionner quelques uns qu'il considère comme susceptibles d'obtenir le poste qu'il convoite. Et dans le plus grand secret, en mentant à son épouse sur son emploi du temps, il va se charger de les éliminer les uns après les autres...
   
   Ce roman est non seulement prenant... je l'ai lu d'une traite en me demandant bien comment tout cela allait finir... mais il met aussi le doigt sur un fait de société malheureusement banalisé. Pourtant se retrouver au chômage est souvent un choc qui peut bouleverser la vie de toute une famille et de la personne qui est touchée de plein fouet par une compression de personnel... Car le chômage remet en cause votre estime de vous même -suis je toujours valable, digne d'intérêt - mais aussi votre vie familiale. Il vous oblige à renoncer à plein de choses certes pas indispensables: les cours de gym, les chaînes privées payantes, l'agneau, le poisson, et remet ainsi en question votre façon de vivre. Comment continuer à recevoir et voir des amis quand on n'a plus d'argent, comment continuer à être disponible pour sa femme quand on est miné par cette frustration, comment continuer à donner le change, comment protéger ses enfants ... ? Ce roman social d'un grand cynisme a le mérite de mettre en lumière la façon dont notre société et son système peuvent broyer un individu et le rendre fou.
   
   Ce roman noir est admirablement bien fait et il m'a permis de découvrir un grand auteur de polars dont je vais poursuivre la lecture.
   
   Une adaptation cinématographique que je n'ai pas vue a été faite avec José Garcia, pour l'heure je vais emprunter à la bibliothèque d'autres titres de cet écrivain, qui m'a enthousiasmé.

critique par Clochette




* * *