Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les souterrains de Jack Kerouac

Jack Kerouac
  Visions de Gérard
  Vraie blonde et autres
  Les souterrains
  Maggie Cassidy
  Sur la route
  Big Sur
  Le vagabond américain en voie de disparition
  Les clochards célestes
  Les anges vagabonds
  Docteur Sax
  Tristessa
  Pic

Jack Kerouac est un écrivain et poète américain né en 1922 dans le Massachusetts et mort en 1969 à en Floride. Il compte parmi les membres les plus importants du mouvement de la Beat generation en littérature.

On a aussi beaucoup écrit sur Kerouac:
* "Jack Kerouac half back" de Fausto Batella
* "Jack Kerouac, Breton d'Amérique" de Patricia Dagier et Hervé Quéméner
* "Kerouac" d'Yves Buin

Les souterrains - Jack Kerouac

Une cure de jouvence!
Note :

   Un projet un peu (même très) fou qui me trotte dans le tête depuis plusieurs mois, relire les ouvrages qui m'ont amené à la littérature après avoir quitté l'école à seize ans. Qu'en reste-t-il, plus de quarante ans après?
   
   J'ai un peu parlé de Kerouac avec Maggie Cassidy, plus de Xavier Grall; mais pas encore de Henry David Thoreau, ni de Walt Whitman. Je vais revisiter mes lectures d'antan, pour le plaisir et aussi pour faire un petit bilan, mais je ne tiendrai pas compte des années de parution des ouvrages ni des années supposées de leurs lectures. L'envie me guidera. C'est parti, avec une certaine appréhension!
   
   Écrit en octobre 1953, l'action se passe également à cette époque. Il fut publié en 1958, un peu sur la vague de "Sur la route".
   Léo (prénom du père de Kerouac) Percepied est marin en cale sèche, vidé avant le départ d'un voyage au Japon. Il traîne dans un San-Francisco "underground", il raconte ses amours avec Mardou Fox une jeune métis dans un quartier de la ville encore peu visité (à l'époque) par les touristes. Une histoire d'amour, mais un amour sous toutes substances possibles, l'herbe déjà avant le reste, l'alcool avant la grande dégringolade. Kerouac parlant un peu avant l'heure des relations inter-raciales, Mardou étant moitié noire, moitié indienne cherokee.
   
   Une histoire de passion passant du sordide au merveilleux, de l'extase à la pire banalité, de la fête à la folie. La démesure qui annonce le désastre.
   
   Dans ce livre, Kerouac adopte une de ses nombreuses identités, "Léo Percepied".
   
   Jack Kerouac, encore et toujours, s'inventant des pseudo plus absurdes les uns que les autres pour éviter d'éventuels procès. Arrangeant sa vie, travestissant très souvent la vérité, fuyant déjà sa vraie personnalité.
   
   Les "Souterrains" sont des marginaux précurseurs des mouvements beatnicks et hippies, adeptes de drogues qui deviendront de plus en plus dures, quand l'appât du gain s'en mêlera.
   
   Un exercice de style qui, ici, semble un peu forcé sans la spontanéité (toute apparente, car très retravaillée) de "Sur la route", de longues phrases qui paraissent s'égarer en chemin. Parfois, comme dans ces quelques lignes sur la civilisation indienne, Kerouac redevient ce voyageur lucide, traversant un monde en voie de destruction.
   
   Ce livre n'est pas un des meilleurs Kerouac, mais il contient encore un peu d'espoir. Il est encore capable de sentiments, il paraît aimer sincèrement Mardou, qui donnera à Jack son accord pour une publication dans un magazine et se retrouvera de nouveau avec un passé qu'elle voulait oublier avec la publication de ce livre.
   
   Pour l'anecdote, un film tiré de ce livre fut une catastrophe tant cinématographique que financière.
   
   Extraits:
   - Je suis grossièrement masculinement sexuel et je n'y peux rien et j'ai des tendances lubriques.
   
   - J'avais dix huit ans, j'étais une poule mouillée et frais avec cela.
   
   - A présent nous ne sommes plus en 1948 mais en 1953 avec des générations "cool", je suis de 5 ans plus vieux.
   
   - L'étrange Adam barbu, la sombre Mardou en pantalons étranges et moi, grand vaurien plein d'allégresse.
   
   - Du silence des Souterrains ; ces 'Thoreaus* urbains" ainsi que les appelait Mac.
   
   - Car à cette époque le travail était ma préoccupation majeure, pas l'amour -pas la douleur qui m'oblige à écrire ceci alors que je ne le voudrais pas.
   
   - Nous voilà dans le tout gris San-Francisco de l'Ouest gris, on pouvait presque sentir la pluie dans l'air.
   
   - Alors, il a cogné, mais elle était plus forte que lui (pâles, anémiques, ascétiques camés américains de 50 kilos).
   
   - "Mais un jour, cher Léo, cette lumière ne brillera pas pour toi".
   
   - Je pense "Drôle d'Ange qui s'est élevé parmi les Souterrains".
   
   
   *L'écrivain Henry David Thoreau

critique par Eireann Yvon




* * *