Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Femme en mer intérieure de Thomas Keneally

Thomas Keneally
  Femme en mer intérieure

"Thomas Michael Keneally (né le 7 octobre 1935) est un auteur australien. Il est surtout célèbre pour La Liste de Schindler (Schindler's Ark) qui inspira le film du même nom.

Né à Sydney, il commença ses études au séminaire pour devenir prêtre, mais abandonna en 1960 pour se diriger vers l'éducation. Il publie son premier livre en 1964.

Il est un fervent défenseur de la république australienne et fait partie du mouvement républicain australien"
(Wikipedia)

Femme en mer intérieure - Thomas Keneally

Pourquoi changer de vie ?
Note :

   Kate est ravissante, aisée, son mari Paul est séduisant, deux familles riches et catholiques, irlandaise pour elle, polonaise pour lui, deux enfants et une superbe villa sur la côte. Bon, son mari a une maîtresse, mais cela ne semble gêner personne, ses enfants suffisent à son bonheur plus que des soirées mondaines.
   
   Le bonheur est-il trop parfait ? Sinon pourquoi fuit-elle dans le bush australien, loin de tout ?
   
   Elle se fait embaucher comme serveuse dans un village ravitaillé par les corbeaux, se néglige ; un régime à base de viande provenant des troupeaux des alentours, a raison de sa silhouette. Elle semble s’infliger une punition due à son passé ? ? Petit à petit, elle attire la confiance de son patron et de sa femme, puis des clients, mélange hétéroclite de paumés et de consanguins. Elle se lie d’amitié et même un peu plus avec Jelly, ancien artificier, sa vie continue cahin-caha.
   
   Mais son mari par l’intermédiaire d’un homme de main la retrouve et lui propose le marché suivant : une somme rondelette pour un divorce à l’amiable. Commence alors une suite d’aventures dignes d’un road- movie à l’Australienne, le village est inondé, Jelly meurt accidentellement, Kate veut fuir une nouvelle fois. Elle part avec Gus, un fermier qui ramène ses deux animaux de compagnie, Coffley le kangourou, et Menzies l’émeu, qu’il a volés à un parc d’attraction. Mais sa vie passée la rattrape à nouveau et elle assiste à la chute de ses deux familles sans reproches apparents accusées de malversations.
   Même son oncle, le très saint père Franck, jouait aux courses et vivait avec la veuve de son associé. Tout est pourri au royaume d’Australie. Mais où est la vérité, que s’est-il passé quelques nuits avant le départ de Kate ?
   
   Très beau roman sur l’affairisme, sur les magouilles de l’église et surtout sur une femme meurtrie. Une écriture pleine d’humour, pour une lecture que l’on ne veut pas lâcher.
   
   Quelques extraits :
   -Ainsi était l’Australie, où chacun se défiait de l’éloquence, où l’homme qui pratiquait l’aphorisme devenait suspect.
   -Des Anglo-Celtes, comme on se plaisait à dire aujourd’hui dans les articles de fond amalgamant avec la facilité d’un trait d’union deux ennemis ancestraux.
   -Un faux col parfait était un droit de naissance. Il justifiait l’existence du buveur et de l’humanité.
   -C’était un autre exemple de la façon dont les O’Toole et les O’Brien, parce que huit cents ans de domination les avais maltraité, pratiquaient leur anarchisme.
   -Kate a atteint ce point statique, illusoire, approprié à la clôture d’une histoire. Nous ne lui souhaitons tous que du bien.

critique par Eireann Yvon




* * *