Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Détective de Noël de Anne Perry

Anne Perry
  L'égorgeur de Westminster Bridge
  Le cadavre de Bluegate Fields
  La Détective de Noël
  Meurtres à Cardington Crescent
  Le Secret de Noël
  L'Etrangleur de Cater Street
  Du sang sur la soie
  Un Noël plein d'Espoir
  La Révélation de Noël
  Le Spectacle de Noël
  L'Odyssée de Noël
  Un Noël à New York
  La Disparue de Noël

Anne Perry est un auteur britannique de romans policiers victoriens née en 1938 et décédée en 1998.

La Détective de Noël - Anne Perry

Charmant caractère...
Note :

   Titre original : A Christmas Guest
   
   J’avais récemment promis de récidiver et de vous parler bientôt du dernier Anne Perry.
   J’avais donc prévu de lire “La Détective de Noël “ dans le TGV Paris-Tarbes du 23 décembre et, sans une rage de dents fort incommodante, les 6h30 de trajet m’auraient très certainement permis d’arriver à mes fins. Quoi qu’il en soit, ce roman est une lecture rapide et plutôt sympathique pour un petit après-midi de Décembre passé au coin du feu (bien évidemment une tasse de Thé de Noël à portée de main, élémentaire mon cher Thomas !).
   
   D’après ce que j’ai pu comprendre, les romans de Noël d’Anne Perry mettent en scène des personnages importants mais souvent un peu en retrait des séries habituelles. C’est le cas cette fois-ci où (je n’en croyais pas mes yeux !) notre fameux détective du dimanche n’était autre que Mariah, la grand-mère acariâtre de la famille Ellison.
   
   Imaginez l’horreur de la situation : Mariah vit depuis le remariage de sa belle-fille chez Emily, sa petite-fille fraîchement remariée (l’heureux élu étant Jack si je me souviens bien). Noël arrive et Mariah est priée de passer les fêtes chez son ancienne belle-fille Caroline, remariée à un acteur bien plus jeune qu’elle. Outrée de se voir congédiée de la sorte, Mariah arrive de bien méchante humeur sur son nouveau lieu de vacances. Furieuse d’avoir passé la journée à voyager, dégoûtée par les marais et l’air marin qui l’accueillent, Mariah, on s’en doutera bien, fait tout son possible pour être absolument insupportable envers ses hôtes. C’est à cela que l’on reconnaît les grands personnages d’Anne Perry… immuables, ils répètent les mêmes gestes et les mêmes commentaires à l’infini.
   
   Oui mais voilà. Un mélange de Lady Vespasia et de Charlotte Pitt fait son entrée dans la maisonnée en la personne de Maude, parente éloignée du nouvel époux de Caroline, apparemment trop encombrante pour sa famille proche. De retour d’Afrique et du Moyen-Orient, Maude a le caractère bien trempé des gens qui ont vécu et la peau basanée de ceux qui ont longuement baroudé dans des régions éloignées de la douce Angleterre. C’en est trop pour Mariah qui fait de son mieux pour exprimer sa désapprobation et parvient à se persuader que les questions qui pleuvent sur la nouvelle arrivée ne sont que la marque de la pitié que l’on peut ressentir pour quelqu’un qui a été banni par sa famille. Sans s’avouer une seule fois que personne non plus ne souhaitait sa présence à Noël.
   
   Tout oppose les deux femmes, donc, et Mariah voit son séjour s’annoncer sous de bien mauvais auspices. Mais le deuxième jour, Maude est retrouvée morte dans son lit. Comment ? Une femme en si bonne santé et si dynamique ? C’en est trop pour Mariah qui décide de suite de mener l’enquête. Elle s’en va donc porter la mauvaise nouvelle à la famille de Maude, qu’elle soupçonne de l’avoir empoisonnée. En quelques jours, elle découvre des petits secrets de famille et se prend d’affection pour la disparue, changeant radicalement de caractère par la même occasion. Et voilà Mariah transformée en intrépide Lady Vespasia, pleine de compréhension et de gentillesse. Hautement improbable, bien sûr, mais que voulez-vous ? On peut supposer que la magie de Noël a une fois de plus opéré. (Je ne peux m’empêcher de me demander si Mariah sera donc plus sympathique dans les prochains épisodes de la série Thomas et Charlotte Pitt, passant d’une abominable Tatie Danielle à la Mamie parfaite !)
   
   Pardonnons à Anne Perry l’histoire qui rame et tourne en rond, les personnages manichéens et les aberrations. C’est agréable, gentillet et le texte est suffisamment court pour que les longueurs ne gênent pas la berceuse.
   
   
   Série Petits Crimes de Noël :
   
   La Disparue de Noël
   Le Voyageur de Noël
   La Détective de Noël

   Le Secret de Noël
   La Promesse de Noël
   La Révélation de Noël
   Un Noël plein d'espoir
   L'Odyssée de Noël
   Le spectacle de Noël
   Un Noël à Kanpur
   Le condamné de Noël
   Un Noël à New-York

critique par Lou




* * *