Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

A suspicious river de Laura Kasischke

Laura Kasischke
  Un oiseau blanc dans le blizzard
  A moi pour toujours
  A suspicious river
  Rêves de garçons
  La Couronne verte
  En un monde parfait
  Les revenants
  Esprit d’hiver
  La vie devant ses yeux
  Si un inconnu vous aborde...

Laura Kasischke est une écrivaine américaine née en 1961.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

A suspicious river - Laura Kasischke

Des cygnes et de la boue
Note :

    Leila Murray a vingt-quatre ans. Elle vit dans une petite bourgade du Michigan, Suspicious River. Réceptionniste dans un des motels du coin, elle vend ses charmes aux clients de passage, accumulant de l'argent qu'elle ne dépense pas. La routine est bien installée quand un jour, un client, Gary Jensen, la frappe. C'est le début d'une lente descente aux enfers.
   
   J'avais très envie de lire un roman de Laura Kasischke, chers happy few, aussi, quand j'ai trouvé "A Suspicious River" dans un vide-grenier cet été, je l'ai acheté sans même lire la quatrième de couverture, manie que j'ai et qui est décidément une bonne chose. En effet, je me dis que si je l'avais lue je n'aurais jamais acheté ce roman et je serais passée à côté d'une romancière singulière et bougrement intéressante. Il s'agit là du premier roman de Kasischke, qui déploie pour ce coup d'essai une maîtrise parfaite de la narration et de ses personnages.
   
   L'histoire est dérangeante et oppressante et elle est racontée par Leila, qui éprouve pour elle-même, son corps et sa vie, un détachement douloureux. On ne peut qu'être touché par ce personnage: Leila traîne avec elle une enfance terrible (dont on se doute très vite), enfance qu'elle raconte par fragments, qui deviennent de plus en plus courts et de plus en plus fréquents, comme si sa mémoire s'accélérait au fur et à mesure que les événements se précipitent. Leila est une femme paumée, qui se laisse ballotter par la vie ; elle est profondément meurtrie, confond amour et manipulation, et ne semble survivre que pour mieux être tentée par la mort. Elle vit dans un environnement asphyxiant, "Suspicious River" la bien nommée, où les ragots vont bon train et où le déterminisme n'est pas un vain mot ; elle porte sur ses frêles épaules le fardeau de son ascendance et personne ne lui pardonnera jamais d'être la fille de sa mère. Les hommes qu'elle croise sont lâches, veules, cruels et gras, ce sont eux qui ont fait d'elle ce qu'elle est: une femme au passé tellement lourd qu'elle n'en a plus de futur.
   
   Le style est à l'image de Leila : précis et détaché, il semble regarder les personnages de haut, ce qui permet au lecteur de prendre de la distance avec cette histoire terrible au cours inexorable comme une tragédie et de respirer. Un peu.
   
   Une romancière que je vais me faire un plaisir de continuer à lire, chers happy few!
   ↓

critique par Fashion Victim




* * *



Derniers retranchements
Note :

   Tout au long de ce roman, j'ai été très partagée par ma lecture: envie de crier "stop" et néanmoins l'envie de connaître la chute, de comprendre ce que fut la vie de Leila jusqu'à ces quelques jours que nous passons avec elle, et plus particulièrement de savoir ce qui est arrivé à sa mère et en quoi ces événements ont pu la pousser à cette insensibilité par rapport à ce qui l'entoure, à cette négation de son corps, de tout, semble-t-il. Est-elle naïve, idiote, vous demandez-vous au fil de votre lecture, tant la personnalité de Gary et de l'intrigue vous semblent cousus de fils blancs?
   
   Rien n'est jamais évident dans ce roman noir, et la narration parallèle de l'enfance de Leila laisse votre imagination galoper plus vite que votre lecture. Bien entendu, vous aviez deviné juste par rapport à bon nombre de faits, mais vous êtes loin d'avoir toutes les cartes en mains, et c'est bien là la force de Laura Kasischke, qui vous pousse dans vos derniers retranchements, qui vous oblige à tourner les pages malgré l'écoeurement de situations.
   
   En dépit de la force du récit, d'un mélange de style poétique (? - moi qui suis totalement hermétique à la poésie, je m'interroge si la terminologie est exacte) et d'une force de réalisme je suis loin d'être aussi enthousiaste que d'autres lecteurs.
   
   Néanmoins je ne regrette pas d'être allée jusqu'au bout car j'ai réellement trouvé les dernières pages d'une force et d'une poésie rare.
   ↓

critique par Delphine




* * *



Telle mère, telle fille?
Note :

   Premier roman de cette auteure américaine, il a été écrit en 1996. Ce livre me conforte dans mon opinion, née de la lecture de "Un oiseau blanc dans le blizzard", Laura Kasischike, une grande dame de la littérature américaine.
   
   Nous sommes dans le Michigan, à Suspicious River, petite bourgade où l'ennui est de rigueur. Leila a vingt quatre ans, elle est mariée depuis six ans déjà à Rick.
   Sa vie de réceptionniste dans un motel lui permet de rencontrer des hommes seuls. Par passivité, elle accepte, moyennant finance, d'être parfois comprise dans le prix de la chambre. Elle met cet argent de côté comme cela, sans but, ni espoir. Il semble que toute sa vie se résume en une longue suite d'acceptation, d'un baiser consenti en passant par des attouchements plus osés, d'une culotte baissée à l'adolescence à la violence de certains de ses clients.
   
   Très jeune elle sera contrainte d'avorter, ce qui moralement la fragilisera encore, tout en la détachant des plaisirs corporels.
   
   Sa vie familiale n'était pas faite pour aider à son épanouissement, sa mère ayant une relation au grand jour avec son beau frère, plus quelques autres aventures. Elle finira assassinée par celui-ci.
   
   Au motel elle fera la connaissance de Garry Jensen, qui après l'avoir battue au cours de leur première relation tarifiée, fera un semblant de repentance. Il lui jure le grand amour mais la prête volontiers à ses nombreuses connaissances. Sa vie de couple n'est plus qu'un lointain souvenir, son père handicapé suite à un accident de voiture est mort, sa belle famille la déteste car tout le monde est au courant des ses aventures. Alors pourquoi ne pas partir, abandonner toute cette vie, ses économies lui permettront de repartir à zéro. Mais encore faut-il ne pas se tromper de compagnon de voyage.
   
   Le personnage de Leila est complexe, et semble avoir la passivité de son père, et la liberté sexuelle de sa mère. Mais là où sa mère semblait trouver une certaine joie de vivre, ou du moins un certain plaisir ou alors uniquement de l'intérêt financier, Leila n'y trouve que de l'ennui, puis des problèmes. Une femme à la fois attachante que l'on aimerait aider mais qui devient détestable par son absence de réaction et sa naïveté. Son père, trop brave homme ayant loupé sa carrière, se débat dans des problèmes financiers qui seront réglés par son épouse Bonnie, avec l'aide de son jeune beau-frère Andie. Mais à quel prix! Il se taira malgré tout et aimera sa fille et l'aidera de son vivant. Garry Jensen, beau parleur, proxénète, flaire la bonne affaire avec cette femme pour qui son corps semble être une partie désincarnée d'elle même.
   
   Une belle écriture passant du présent au passé avec facilité. Un livre dur et violent,une violence physique mais surtout feutrée pour amener Leila au point de rupture.
   
   Petit à petit l'emprise est trop forte, elle acceptera tout.
   
   Un peu la même trame que pour "Un oiseau blanc dans le blizzard", une jeune fille seule avec un père dépassé par une épouse plus forte que lui et subissant toute une série d'humiliation. Et cette même jeune fille, témoin et partie prenante de cette vie malsaine qui malheureusement reproduira les erreurs du passé familial. Par repentance ou par atavisme?
   
   
   Extraits:
   
   - J'économisais de l'argent pour quelque chose qui scintillait vaguement dans le lointain.
   
   - Je connaissais bien ces garçons. C'était les filles que je ne connaissais pas.
   
   - C'est ce que les gens penseraient, justement, que je faisais ça pour l'argent.
   Mais l'argent n'avait rien à voir là-dedans.
   
   - Mais les hommes font semblant.
   
   - Quand je pensais à cette femme, je ne voulais surtout pas vivre jusqu'à quarante ans.
   
   - De la chance d'être ici, d'être en vie, de le voir rire.
   
   - Passivement, comme le goût de cette ancienne neige sur ma langue. Qu'est ce que cela pouvait faire? Aucune partie de moi n'était plus privée, je le savais.
   
   - Pour la première fois de sa vie, dans son cercueil, il avait l'air en colère.
   
   - Il t'aimait m'a-t-elle dit.
   

   
   Titre original: A Suspicious River

critique par Eireann Yvon




* * *