Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie pétrifiée de Nils Trede

Nils Trede
  La vie pétrifiée

La vie pétrifiée - Nils Trede

Entre deux rives
Note :

    Rentrée littéraire 2008
   
    Xavier a 33 ans et deux métiers: médecin pour la police le jour sur une île, patron du restaurant de sa mère le soir sur une autre île. Un jour, un couple magnifique entre dans son restaurant. Xavier est persuadé que la jeune femme est celle qu'il attendait depuis longtemps et qu'elle est faite pour lui...
   
   Voilà un roman déroutant, chers happy few, qui met en scène un personnage étrange et taciturne, un homme solitaire et sans repères autres que géographiques: il est de ces deux îles, qui rythment son emploi du temps et sa vie, les ponts lui permettant de se glisser de l'une à l'autre de ses activités sans jamais changer de personnalité. Xavier n'a pour amie que sa mère et il est profondément incapable de se lier aux autres car il ne se comporte pas comme un être humain dit "normal" (le terme qui revient sans cesse dans la bouche des autres pour le qualifier est "étrange" et une des infirmières qui travaille avec lui, lui demande carrément s'il n'est pas autiste, ce qui en dit long sur son incapacité à relationner).
   
    Et comme la narration est effectuée à la première personne, le lecteur est contraint de suivre les raisonnements et les pensées de cet homme déconcertant, ce qui instille un sentiment d'étrangeté qui se double bien vite d'un indéfinissable sentiment d'angoisse, tant on se doute que le comportement de Xavier et sa fixation sur la jeune femme du restaurant ne peuvent qu'entraîner des conséquences pour le moins désastreuses. Cette angoisse diffuse est renforcée par la vision de la ville (que le lecteur devine bien vite être Paris mais qui est décrite de manière fragmentée et biaisée, car Xavier n'en voit que des détails et parle de son quartier comme le ferait un enfant : "le boulevard, la cathédrale, la fontaine" en sont autant de repères immuables pour lui), intemporelle et glacée (l'hiver est long, le fleuve gèle, les gens ne sortent plus, les casseurs s'emparent de la cité).
   
   C'est un premier roman subtilement étrange et attachant, chers happy few, à l'image de Xavier, que j'ai pour ma part beaucoup aimé et dont le rythme et le style, lancinants comme une mélopée, hantent le lecteur même quand il l'a refermé.
   
   Une belle découverte, chers happy few, que je vous recommande chaudement!

critique par Fashion




* * *