Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les mensonges de Locke Lamora, tome 1: Les Salauds Gentilshommes de Scott Lynch

Scott Lynch
  Les mensonges de Locke Lamora, tome 1: Les Salauds Gentilshommes

Les mensonges de Locke Lamora, tome 1: Les Salauds Gentilshommes - Scott Lynch

La Ronce de Camorr
Note :

    A Camorr, étrange cité en partie lacustre, construite sur une baie infestée de requins, sévissent de nombreuses bandes de voleurs de tous genres. Parmi elles, celle des Salauds Gentilshommes, dirigée par Locke Lamora, dont la petite taille est compensée par un cerveau extraordinaire et un sens de la duplicité inné. Leur fonds de commerce: voler aux plus riches pour ne surtout rien donner aux pauvres. Alors que Locke et sa bande déroulent le stratagème mis au point durant de longs mois et qui va leur permettre de mettre la main sur la moitié de la fortune du crédule Don Salvara, un homme étrange fait son apparition en ville, suivi d'un cortège de cadavres: le mystérieux Roi Gris semble bien décidé à avoir aussi la peau de Locke...
   
   Attention, chers happy few, nous voici en présence d'un petit chef-d'oeuvre! Vous savez que ce n'est pas un terme que j'emploie à la légère mais il me semble ici totalement de mise pour refléter l'enthousiasme qui est le mien. Je sors de trois jours de pur bonheur (ben oui, ce roman contient 550 pages grand format et fort bien remplies, ce qui est l'apanage des éditions Bragelonne, il faut bien reconnaître que chez eux le rapport entre le nombre de pages et le prix est toujours en faveur du lecteur) et je me suis proprement délectée à la lecture des aventures de ces "Salauds Gentilshommes", pour un peu j'en aurais oublié le boire et le manger (heureusement que du saucisson de canard m'a ramenée à la raison, mais limite).
   
   C'est apparemment un roman qui a obtenu une presse incroyable chez nos amis anglo-saxons et qui a reçu les éloges des plus grands (c'est George R. R. Martin qui se fend des fameux "praises" en quatrième de couverture, excusez du peu) et je ne peux que joindre ma voix au concert de louanges. Le premier point fort de ce roman est sans conteste le monde que Scott Lynch (qui n'a que 30 ans, oh my) a créé de toutes pièces: il est profondément original, sans rien de déjà-vu, ce qui est ma foi plutôt rare dans le domaine de la fantasy. Ce monde, complexe et cohérent, se dévoile peu à peu sous les yeux du lecteur et j'en ai aimé toutes les trouvailles, qu'elles soient religieuses (13 religions fort bien campées, avec leurs adeptes et leurs rites), géographiques (l'omniprésence de l'eau sous toutes ses formes), sociologiques (la hiérarchie, le pouvoir, le Marché Changeant, la circulation des biens, l'architecture), historiques (l'ancien peuple subitement disparu, les différents groupes d'humains, les guerres) ou magiques (le mélange d'alchimie et de magie est extrêmement réussi). Le tout est distillé à bon escient, sans lourdeur et sans longueur, ce qui est une gageure quand on voit la taille du monde ainsi créé.
   
    Le deuxième point fort du roman ce sont les personnages : la bande des Salauds Gentilshommes est composée d'individus très attachants, enfants des rues adoptés par le père Chains qui leur enseigne la maraude de haut vol, devenus des adultes complémentaires pour qui le vol est l'occasion d'élaborer des stratégies d'une complexité et d'une efficacité redoutables, champions à la fois de la préparation et de l'improvisation et qui s'aiment comme des frères. Autour d'eux gravitent quantité de personnages fascinants ou répugnants comme le capa Barsavi, les soeurs Bérangia, le Roi Gris, l'Unité Minuit, l'Araignée du Duc et j'en passe.
   
   Troisième point fort : l'histoire, qui prend le luxe de se mettre en place tranquillement et de se déployer habilement, laissant le lecteur supputer, prendre un temps d'avance pour se rendre compte qu'il a lui aussi été manipulé comme les autres et être contraint de regarder les événements d'un autre oeil. C'est brillant et carrément "page turner"*, vous pouvez me croire!
   
   Enfin, je dois dire que j'ai beaucoup aimé la construction du roman (un chapitre dans le présent, un "interlude" qui éclaire le passé de nos Salauds Gentilshommes ou celui de la ville, et les informations distillées ainsi ne sont jamais gratuites) et j'ai adoré le style: les descriptions sont précises, les dialogues fort bien troussés et il y a beaucoup d'humour! Franchement, que demander de plus ?
   
   Excellentissime, chers happy few! Vite, le tome 2!
   
   PS : (excellemment traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Karim Chergui)
   PSbis : le tome 2 est sorti. Il s'intitule "Des Horizons rouge sang". On apprend sur le site de l'auteur qu'il y aura 7 volumes au total.
   PSter : Hollywood a acheté les droits, une adaptation serait en préparation…
   
   * façon de raconter qui entraîne le lecteur à tourner page après page sans savoir s’arrêter.

critique par Fashion




* * *