Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Main de Dieu de Yasmine Char

Yasmine Char
  La Main de Dieu

La Main de Dieu - Yasmine Char

Perplexe...
Note :

   Traitant de la guerre du Liban à travers les mots d’une femme se souvenant de son adolescence entre balles et obus, ce récit me laisse perplexe.
   
   Lu en deux fois (un tiers d’abord, abandonné par lassitude, puis repris par obligation), c’est un texte qu’il vaut mieux lire d’un trait afin de ne pas se perdre dans les méandres de la narration, qui alterne des scènes courtes sans se soucier forcément d’un ordre chronologique. Pour reprendre ma lecture après un mois d’abandon, j’ai dû parcourir rapidement le premier tiers déjà lu car hormis quelques détails, j’avais tout oublié. Je dois avouer que j’ai porté plus d’intérêt à ma lecture cette fois-ci, trouvant plus de qualités au texte sans pour autant y prendre plaisir.
   
   Ce roman, sans être mal écrit, est à mon avis presque trop complexe pour être abouti. Les thèmes sont innombrables, entre l’amour, la guerre, les relations familiales complexes, la liberté, la condition de la femme, le poids des traditions, l’ombre de la mort, la religion et j’en passe. Cette profusion d’informations est accentuée par la densité du texte qui m’a parfois fait l’effet d’une compilation un peu brutale. Suivant les pensées de la narratrice et donc logiquement un peu tortueux, le récit saute d’un sujet à un autre, de la 1ère à la 3e personne, si rapidement qu’il finit par passer pour un ensemble de considérations assez générales que l’on peine à s’approprier. Difficile de s’attacher aux personnages qui tiennent plus de la figure emblématique que de l’individu. Pourtant, l’aller-retour pourrait servir un récit grave et matière à réflexion, sans un effet haché et une impression d’inachevé. Le contenu est riche, dense, mais on a parfois l’impression que beaucoup de pistes sont seulement ébauchées et mériteraient d’être développées pour donner plus d’ampleur à ce texte.
   
   Je comprends l’intérêt que beaucoup ont pu trouver à ce roman, qui a séduit un certain nombre d’entre vous. Malgré tout la magie n’a pas opéré et, m’étant ennuyée, je reste déçue.
   
   «A la télévision, l’amour est sur le point de triompher. L’amant niais est sur le point d’annoncer une merveilleuse nouvelle à sa fiancée. Légende urbaine : le citoyen calfeutré dans sa maison qu’on retrouve dans sa baignoire, mort d’une balle perdue. Les futurs époux s’étreignent pendant qu’un orchestre se met à jouer. Ma grand-mère me parle doucement : il faudra bientôt te marier toi aussi. Je hausse les épaules, je ris. Je dis : je ne veux pas me marier, ça ne m’intéresse pas. Elle dit : tu veux rester vieille fille ? Je réponds : je veux d’abord finir mes études, on verra après. Elle me regarde longtemps. Elle dit : à notre époque c’était plus simple, on obéissait sans discuter et on s’efforçait d’être heureux avec ce qu’on nous donnait. Ce n’était pas évident, c’est peut-être toi qui as raison. Elle repousse le drap et elle dit une chose inoubliable : si tu ne veux pas te marier, ne te marie pas. Si tu veux être une prostituée, sois une prostituée mais la meilleure. Vise toujours l’excellence. »

critique par Lou




* * *