Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Volswagen Blues de Jacques Poulin

Jacques Poulin
  Volswagen Blues
  La Tournee d'automne
  Le vieux chagrin
  La traduction est une histoire d'amour
  Les grandes marées

Jacques Poulin est un auteur québécois né en 1937.

Volswagen Blues - Jacques Poulin

Un road movie au charme improbable
Note :

   Par un matin ensoleillé du mois de mai, sur une route de la pointe de Gaspé, Jack arrête son minibus volskwagen pour embarquer une auto-stopeuse aux jambes interminables et à la chevelure d'un noir de jais. Jack est écrivain et "pas très content de lui-même en tant qu'écrivain", il signe ses livres du nom de Jack Waterman, un pseudonyme suggéré par son frère Théo parce que "Waterman, c'est idéal pour un nom de plume". En ce beau jour de mai, Jack a pris la route pour tenter de retrouver son frère qu'il n'a plus vu depuis vingt ans. Et Pitsémine, la fille aux jambes interminables et aux longs cheveux noirs, que ses amis surnomment la Grande Sauterelle, s'est mise en chemin, chargée de son énorme sac à dos et de son petit chat, pour se réconcilier avec elle-même, pour réconcilier les héritages qui lui viennent de son père, descendant des envahisseurs européens et de sa mère, indienne montagnaise.
   
   La rencontre de Jack et de la Grande Sauterelle marque le début d'un road movie improbable qui nous entraîne tout d'abord de Gaspé à Québec, à la Terrasse Dufferin d'où la vue des promeneurs plonge sur le Saint-Laurent. Et puis, le périple continue à travers la splendeur des paysages de l'Amérique du Nord, la route des Mille Îles, Toronto, Winsor et Detroit (la frontière avec les Etats-Unis... où les douaniers ne sont pas devenus plus aimables...), Chicago - le Lac Michigan et le Art Institute, vraiment un des plus beaux musées du monde, les eaux terreuses du Mississippi, les grandes prairies, la barrière de granit des Rocheuses et enfin San Francisco et son Golden Gate, "fait moitié en acier et moitié en rêve". Un long périple aussi à travers les petites et les grandes tragédies de l'Histoire: les ornières laissées par les chariots des émigrants le long de la piste de l'Orégon et les tombes qui en émaillent les abords, l'extermination des bisons et puis l'interminable litanie des massacres des populations indiennes par les colons européens - Sand Creek (1864), Washita (1868), Wounded Knee (1890)...
   
   La route, les paysages, l'Histoire... Tout cela fait de "Volkswagen Blues" un véritable road movie, un film plutôt qu'un livre, mais un film où l'on croise aussi les ombres bienveillantes de Jack Kerouac, Ernest Hemingway, Saül Bellow et puis les yeux verts, brillants comme des lumières, de Gabrielle Roy, un film avec en fond sonore une petite musique qui chante les pouvoirs de la poésie et de l'imaginaire. Tout cela fait qu'il émane de ce livre un charme inexplicable. Un pur bonheur de lecture, à savourer comme une assiette de fraises à la crème et ses parfums d'été et d'enfance.
   
   
   
   

critique par Fée Carabine




* * *