Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les hommes aussi ont besoin d'amour de Yves Lériadec

Yves Lériadec
  Les hommes aussi ont besoin d'amour

Les hommes aussi ont besoin d'amour - Yves Lériadec

Ah bon, eux aussi!
Note :

   Recueil de nouvelles qui a obtenu le prix de la ville de Lauzerte. Treize, chiffre qui porte chance apparemment, nouvelles plutôt courtes, cet ouvrage faisant 140 pages. Ce livre succède donc au palmarès à «La diablada» de Georges Flipo.
   
   « Les bras tendus » qui commence ce recueil est la très belle histoire d'un homme qui passe une nuit au chevet de sa mère. Il se rend compte au matin qu'il mène sa vie en égoïste.
   
   « Petites affaires à marée basse » est du genre «règlement de compte à OK Corail». Pourtant la mer est belle ce jour là! Une histoire bien triste.
   
   « Consoler Maria » ou Ouest Side Story. Yann, petit breton de treize ans, tombe amoureux en regardant ce célèbre film narrant à l'américaine les aventures amoureuses de Roméo et Juliette, il se voit partir à New-York. Ce n'est pas si simple à expliquer à Max, qui s'occupe des jeux de plage, et les conseils de Max semblent tout à fait hors sujet pour Yann. Une belle nouvelle pleine de tendresse, de pudeur et d'interrogations pour l'enfant.
   
   Elle a un beau sourire la tante Louise et pourtant elle va quasiment gâcher la vie de quatre personnes! Et pourquoi? Pour un homme qui a une dent contre un autre! Elle est belle la charité chrétienne!
   
   « Passer le permis » mais le permis de quoi? De vivre tout simplement, faut-il attendre son tour?
   
   « Necker by night » prouve qu'une nouvelle peut être courte, mais pleine de sentiments.
   
   Des hommes, certains pathétiques, comme dans «Maman voulait», elle désirait juste une chose que son fils soit ambassadeur! Un autre un peu cynique raconte sa vie dans «Roulez jeunesse». Des véhicules en tous genres qui vont de plus en plus vite, mais la vitesse amène à certains excès! Bizarrement je n'ai pas envie de la plaindre. Un autre qui toute sa vie va payer sa gentillesse, et restera à l'étroit dans un appartement trop petit!
   
   Un professeur de latin consterné retrousse ses manches et déclame «Rosa, rosa, rosam». Longtemps après un de ses élèves se souvient, il lui doit sa réussite! Son abnégation et son courage l’avaient ému.
   
   Un enfant au mariage de son parrain fait connaissance de Laurence, une cousine qu'il voit pour la première fois, premier émoi! Un autre s'inquiète d'un secret de famille. Pourtant, il est mort en héros le grand père! Une bille qui apporte la victoire et le bonheur pour un enfant, mais la vie, elle, ne tourne pas toujours rond! Un autre encore se voit offrir un appareil photo, et au bout d'un moment agace sa mère, qui a d’autres soucis en ce jour d'anniversaire.
   
   Des nouvelles parfois tristes parfois amusantes, mais toutes pleines de tendresse pour les personnages qui sont souvent attendrissants et attachants.
   
   Un vrai moment de bonheur et d'émotion, une écriture toute simple, de celle qui paraît facile, mais qui certainement réclame beaucoup de travail.
   
   Un livre que tout le monde peut lire, car il parle avec beaucoup de gentillesse de gens ordinaires.
   
   Extraits :
   - Ne traverse pas la place, la transperce. D'un coup. Tout droit. D'une avenue à l'autre.
   - Merci les bras tendus. Merci la nuit.
   - Deux silhouettes qui ne se parlent pas. Comme celles de papa et maman l'an dernier, sur cette même plage.
   - Il ne savait pas que les coups de poignard dans le cerveau, ça existait.
   - C'est quoi un garçon donneur ? Il donne quoi? A qui ?
   - C'est la jungle, les grands sont des arbres immenses, les sacs à main pendent aux branches.
   - Ma moitié devient un quart, un huitième, un seizième,... jusqu'au divorce.
   - Paul, ton fils demande si on s'aime ! Dis lui, toi !
   Comment ça t'en sais rien !
   - Sonnette en panne, je frappe à la porte.
   «Qui est là»
   C'est moi Yann, je suis venu de Bretagne.
   - Non mais je rêve, t'es amoureux d'une femme ! C'est du détournement de majeur!
   - Tout est démonté maintenant...portique, vacances,...enfance?
   - Ma gentillesse fut mon meilleur ennemie: j'acceptais.

critique par Eireann Yvon




* * *