Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vitesse foudroyante du passé de Raymond Carver

Raymond Carver
  La vitesse foudroyante du passé
  Qu'est ce que vous voulez voir?
  Les vitamines du bonheur
  Débutants
  Parlez-moi d'amour
  Neuf histoires et un poème
  Les trois roses jaunes
  Tais-toi je t’en prie

Raymond Carver est un écrivain américain né en 1938 et décédé d'un cancer du poumon en 1988.


La vitesse foudroyante du passé - Raymond Carver

De simples histoires de détresses et de joies ordinaires
Note :

   Mes rencontres précédentes avec l'oeuvre de Raymond Carver m'ont laissé le souvenir d'un merveilleux nouvelliste, qui n'avait pas son pareil pour évoquer avec trois fois rien des vies très ordinaires, leurs détresses et leurs joies, petites et grandes. De la mort d'un enfant aux ravages de l'alcool, d'une scène de ménage - et chez Carver, celles-ci peuvent être d'une rare violence et pourtant rendues sans aucun pathos - au plaisir tranquille d'une journée consacrée à la pêche à la ligne, l'économie des moyens déployés n'a d'égal que la profonde attention que l'auteur accorde à ses personnages si terriblement humains, sans jamais les juger. Un regard qui n'est pas sans rappeler celui que Tchékhov posait sur les héros de ses propres nouvelles, Tchékhov à qui Raymond Carver avait d'ailleurs rendu un hommage sensible dans sa nouvelle "Les trois roses jaunes"...
   
   Et les poèmes rassemblés dans "La vitesse foudroyante du passé" m'ont permis de retrouver les qualités que j'avais tellement appréciées dans les nouvelles, au fil d'histoires - car chacun de ces textes est une histoire à part entière, parfois resserrée dans l'espace d'une seule page - si possible encore plus denses et épurées que dans les nouvelles. Ce sont quatre-vingt poèmes de forme très libre et fluide où la poésie se fait impalpable, tout en restant incontestablement présente, par la grâce d'un je-ne-sais-quoi, peut-être à peine une lueur de beauté dans le regard du poète mais cette lueur change tout...
   
   
   Extrait:
   
   La petite chambre
   
   "Il y eut un grand règlement de comptes.
   Les mots volaient comme des pierres à travers les fenêtres.
   Elle hurlait, elle hurlait, comme l'Ange du Jugement.
   
   Puis le soleil jaillit et un sillage de fumée
   stria le ciel matinal.
   Dans le silence soudain, la petite chambre
   se retrouva étrangement seule, tandis qu'il lui séchait ses larmes.
   Elle devint comme toutes les autres petites chambres sur terre
   que la lumière a du mal à envahir.
   
   Des chambres où les gens hurlent et se blessent.
   Puis éprouvent douleur, et solitude.
   Incertitude. Un besoin de consolation." (p. 83)

critique par Fée Carabine




* * *