Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Athéna de John Banville

John Banville
  La mer
  Le livre des aveux
  Athéna
  Le monde d'or
  La lettre de Newton
  La lumière des étoiles mortes
  Infinis
  Impostures

John Banville est un journaliste et écrivain irlandais né en 1945 et qui vit actuellement à Dublin.
Il est lauréat d'un prix Booker pour "The Sea". "Le livre des aveux " a été finaliste de ce même prix en 1989 mais c’est alors Kazuo Ishiguro qui l’a obtenu.
Il a publié "Les disparus de Dublin" sous le pseudonyme de Benjamin Black.

Athéna - John Banville

L’art et le faux
Note :

   Second volet de la trilogie que John Banville a consacré à l’Art.
   
   Morrow (Le Montgomery du livre des aveux), expert en peinture est chargé de certifier l’authenticité de 8 tableaux tout en n’étant pas trop regardant sur leur provenance, il est seul dans une maison vide. Mais une mystérieuse femme "A" lui fera perdre la tête.
   
   J’ai moins aimé que "Le livre des aveux", comme un spectateur qui est plus attiré par le cadre que par le tableau lui-même.
   
   Toujours la longue narration d’un homme solitaire, agrémenté de la description des 8 tableaux en question. Ces tableaux, œuvres présentant des scènes de la mythologique, accompagnent la lente descente aux enfers du narrateur, personnage peu reluisant que poursuivent son passé et le souvenir de "A". Cette femme brune dominatrice le manipulera, mais dans quel but?
   
    Comme à l’accoutumée avec John Banville, une belle écriture et un vocabulaire très recherché, peu de personnages secondaires à part une pittoresque et pseudo tante âgée donnant un peu de gaieté à ce livre plutôt austère et un peu décevant.
   
   Un court extrait :
    "Penser à toi m’évoque trois choses: l’œsophage d’un poisson mourrant dans lequel j’ai enfoncé mon pouce, l’intérieur grenu de ton intimité dans lequel… idem, et la pulsion tumescente de la gorge d’une grande soprano -mais laquelle ?- sur la troisième note tenue du second alléluia du " Die junge Nonne " de Schubert."
   
    Second volume d’une trilogie qui comprend également "Le livre des aveux" et "Le Monde d’or".

critique par Eireann Yvon




* * *