Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le miroir aux éperluettes de Sylvie Lainé

Sylvie Lainé
  Le miroir aux éperluettes

Le miroir aux éperluettes - Sylvie Lainé

Le complexe de Wendy
Note :

   Il s'agit d'un recueil de 6 nouvelles, qui n'avaient jamais été réunies (en fait, il s'agit du premier recueil de nouvelles de Sylvie Lainé, qui en a pourtant écrit une vingtaine, dont certaines ont été primées). C'est chose faite grâce à ActuSF et à sa petite maison d'édition, Les 3 souhaits (joli nom), qui propose là un bel ouvrage (même si la couverture ne m'emballe pas, je la trouve... trop verte), que j'ai acheté disons-le tout net à cause de son titre. Comme vous le savez, j'ai une passion dévorante pour les mots désuets, les mots bizarres, les archaïsmes et les mots administratifs et cet "éperluette", qui m'a rappelé "esperluette" ne pouvait que m'attirer (renseignement pris, les deux désignent le signe &).
   
    Et qu'avons-nous donc dans ce recueil (tiré à 350 exemplaires, ce qui est malheureux quand on voit la qualité d'écriture de Sylvie Lainé), chers happy few ? Nous avons 6 nouvelles de SF qui ont pour thème commun le regard. Si La mirotte, qui raconte une histoire d'expérience oculaire à partir de l'implantation d'une machine dans le cerveau de volontaires ne m'a pas vraiment convaincue (thème trop rebattu et fin en queue de poisson), j'ai vraiment beaucoup aimé les autres, de "Question de mode", qui interroge les complexes adolescents dans un cadre très SF, à "Un rêve d'herbe", qui, si elle présente une histoire pas très originale d'amour et d'arbres, est extrêmement bien écrite, ce qui la rend très poétique, en passant par "Thérapie douce", une nouvelle assez glaçante sur une expérience sur la manipulation des comportements humains. Mais les deux nouvelles que j'ai préférées sont les deux histoires d'amour qui ouvrent et ferment le recueil : "La bulle d'Euze", dont le traitement est très original (je n'en dis pas plus, il ne faut pas spoiler, mais vous ne regarderez plus jamais de la même manière les jolies femmes solitaires dans les cafés) et "Un signe de Setty", qui a reçu le prix Rosny aîné 2003 et qui est une variation sur la virtualité et l'humanité. Bluffant.
   
   Si l'on veut pouvoir lire d'autres recueils de Sylvie Lainé un jour, chers happy few, il faut acheter celui-ci! 350 exemplaires, on doit pouvoir y arriver, non ?
   
   
   * Préface de Jean-Claude Dunyach (à qui j'ai emprunté le titre de mon billet)

critique par Fashion




* * *