Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'épouse antilope de Louise Erdrich

Louise Erdrich
  Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse
  L'épouse antilope
  La malédiction des colombes
  La chorale des maîtres bouchers
  Ce qui a dévoré nos cœurs
  La consolation des grands espaces
  Le jeu des ombres
  La décapotable rouge
  Dans le silence du vent
  Femme nue jouant Chopin
  Le Pique-nique des orphelins

Karen Louise Erdrich est une écrivaine née en 1954 aux États-Unis, se rattachant au mouvement Native American Renaissance.

L'épouse antilope - Louise Erdrich

Destins brodés
Note :

   Deuxième roman de Louise Erdrich que je découvre en peu de temps, les mêmes ingrédients que dans le premier. La même réussite, la même lecture relativement ardue, mais le même plaisir.
   
   Histoires de femmes, des femmes choisies, qui traversent la vie d’hommes pas prêts pour cela, la tradition passera par elles. Ce sont les descendantes de l’âme des tribus. Vies mêlées des humains et des animaux, femmes antilopes, hommes cerfs, chiens adoptés, puis sacrifiés, puis mangés pour sauver la vie d’une petite fille. Les hommes sont alcooliques ou fous amoureux, victimes de mantes religieuses, se suicidant pour le remariage de leurs ex-épouses, en s’accusant d’avoir empoisonné la pièce montée. Les drames sont monnaies courantes, mais la vie reprend ses droits.
   
   Les personnages sont nombreux, trop nombreux à mon goût, ce qui oblige à des retours en arrière assez fréquents. Dans cet imbroglio personne ne se détache, mais tous participent à la survie de ce monde à cheval sur l’Europe et les croyances de la tribu ojibwé.
   Cette écriture est une énigme (ai-je tout compris ?), mais aussi un plaisir. De par ses origines allemande et indienne, Louise Erdrich réconcilie deux mondes que tout oppose. Pragmatisme allemand et croyances cosmiques indiennes. Mais quelle qualité de narration et d’écriture!
   
   Un puzzle romanesque, qui est qui ? Seules les anciennes détiennent la vérité, les hommes ne sont que les géniteurs, étoiles filantes dans la vie de ces femmes. A lire, car nous découvrons une philosophie et une pensée loin du monde européen.
   
   
   Titre original: The Antelope wife

critique par Eireann Yvon




* * *