Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Amour dans l'âme de Daphné du Maurier

Daphné du Maurier
  Le Monde infernal de Branwel Brontë
  Le Général du Roi
  L'Auberge de la Jamaïque
  Rebecca
  L'Amour dans l'âme
  Le bouc émissaire
  La maison sur le rivage
  La chaîne d'amour
  Le vol du faucon
  Ma cousine Rachel

Ecrivain britannique, née en 1907 et décédée en 1989.

Tatiana de Rosnay lui a consacré un livre : Manderley for ever.

L'Amour dans l'âme - Daphné du Maurier

Love of the sea
Note :

    Plyn, Cornouailles, 1830. Janet, une jeune fille un peu sauvage qui aurait aimé être un garçon pour être marin, épouse, à l'âge de 19 ans, Thomas Coombe, artisan au chantier naval de la petite ville. Ils auront six enfants, mais c'est avec le troisième, Joseph, que Janet développe une relation totalement fusionnelle. A travers cet enfant bagarreur et indomptable dans lequel elle se reconnaît tant, elle vit son amour pour la mer: en effet, Joseph s'engage dès 18 ans dans la marine marchande et se retrouve capitaine à 29 ans...
   
   J'aime beaucoup les romans de Daphné Du Maurier, chers happy few, écrivain qu'on a un peu vite reléguée en France au rang des auteurs mineurs. Mais "L'Amour dans l'âme" est arrivé entre mes mains et j'ai passé un excellent moment en compagnie de la famille Coombe. Ce premier roman de Daphné Du Maurier, publié pour la première fois en 1931 (elle n'avait que 22 ans) est en effet une véritable fresque familiale, puisque nous suivons la famille Coombe sur quatre générations: l'histoire commence avec Janet, qui entretient avec la mer un lien désespéré et sans issue, puisque son statut de femme la condamne à rester indéfiniment à terre et à être en butte à l'incompréhension des autres, notamment de son mari ; se poursuit avec Joseph, le fils marin qui n'aimera jamais vraiment aucune femme, puisqu'il cherche à travers ses multiples conquêtes cette mère qui l'a tant aimé et qu'il a vénérée de tout son être, puis Christopher, le fils aîné de Joseph, qui entretient avec son père une relation conflictuelle qui vient de la haine qu'il voue à la mer et enfin Jennifer, la fille de Christopher, vivant portrait de son arrière grand-mère, physiquement et moralement.
   
    Ces quatre générations se succèdent, au rythme des saisons et des tempêtes, attirées ou rejetées par ce village qui se développe et se modernise, et surtout par la mer, personnage principal du roman, qui rend au centuple l'amour qu'on lui porte, enveloppant dans ses bras tempétueux ceux qui cherchent l'aventure ou le repos. Il y a un véritable amour pour cette terre un peu sauvage, ces falaises battues par les vents et ces hommes et femmes simples qui vivent paisiblement en communion avec la nature. Les passages qui ont pour décor Plyn (une partie du récit se déroule à Londres) ont d'ailleurs été comparés au moment de la publication aux écrits d'Emily Brontë (dont une phrase sert d'ailleurs d'exergue au roman).
   
    Comme toute fresque, celle-ci n'est pas exempte de rebondissements et de coups durs, et une figure de "méchant" la traverse de part en part, incarnée par Philip, le frère de Joseph, espèce de Caïn qui cherche à jamais l'amour de cette mère qui lui préféra toujours son frère et qui va jusqu'à faire payer cette préférence aux descendants de Joseph. C'est un roman plein d'amour, qui décrit fort bien l'enracinement à la terre et la permanence des humains dans la nature. Un très bon roman, donc.
   
   
   Titre original: "The loving spirit"
   
   A noter que ce roman avait été traduit sous le titre "La chaîne d'amour", chez Albin Michel en 1950.

critique par Fashion




* * *