Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'écureuil des vignes de Jean Anglade

Jean Anglade
  L'écureuil des vignes
  La rose et le lilas
  La soupe à la fourchette
  Une étrange entreprise
  Des chiens vivants
  Le point de suspension

Jean Anglade est un écrivain français né en 1915 dans le Puy-de-Dôme.

L'écureuil des vignes - Jean Anglade

Au 19ème siècle
Note :

   Catégorie roman de la terre (Ecole de Brive ?). L'auvergne profonde, dans les années 1830, près de Clermont Ferrand, Sylvain Sahut est fils d'un tailleur de pierre de lave. Il commence à apprendre le métier mais un asthme, en réaction avec la poussière de pierre, l'empêche de poursuivre dans la voie paternelle. Il deviendra donc Officier de santé ; un auxiliaire de santé exerçant la profession de médecin de campagne en ayant suivi un cursus de formation simplifié. Absorbé par sa profession et l'obsession de réussir, il oubliera de vivre jusqu'à ce qu'il rencontre, la quarantaine bien passée, une femme artiste peintre. C'est un roman de la terre donc, doublé d'une saga, la vie de Sylvain Sahut.
   J. Anglade est certainement désireux de nous en apprendre sur une région qu'il aime, sur une Histoire qu'il aime, mais le résultat est par trop didactique. L'histoire ne sert longtemps que de support à l'exposition de nombreux thèmes : la vie et quelques éléments techniques des tailleurs de lave au 19ème, la vie d'une bourgade auvergnate au 19ème, l'évolution de la médecine à cette époque, les relations hommes/femmes, les rebouteux, la religion, ? Chaque évolution de l'histoire est prétexte à introduire un nouveau thème jusque vers le dernier quart du roman ; la rencontre de Sylvain Sahut avec celle qui deviendra sa femme, et là, l'histoire prend du corps. On a enfin affaire à un roman, au déroulé d'une histoire qui, par certains côtés, à la fin, a des résonances de Mme Bovary.
   On reste un peu sur sa faim néanmoins. Trop pédagogique et didactique à mon goût.

critique par Tistou




* * *