Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une chambre à soi de Virginia Woolf

Virginia Woolf
  La maison de Carlyle et autres esquisses
  Mrs Dalloway
  Une chambre à soi
  La chambre de Jacob
  Orlando
  La Scène Londonienne
  La promenade au phare
  Correspondance - Virginia Woolf / Vita Sackville-West
  Nuit et Jour
  Elles
  Les vagues
  Suis-je snob ?

Virginia Woolf, née Stephen, est une romancière anglaise, née à Londres en 1882 . Elle fut élevée dans une ambiance aisée, cultivée et littéraire. Elle publia de nombreux romans et essais. Son premier roman fut "The Voyage Out" et parut en 1915.

Psychologiquement fragile, elle fit plusieurs dépressions et, parce qu'elle craignait de devenir folle, s'est suicidée à Lewes en 1941.

Geneviève Brisac et Agnès Desarthe ont consacré à Virginia Woolf un excellent ouvrage intitulé "V.W. (Le mélange des genres)"; tandis que Michèle Gazier et Bernard Ciccolini nous livraient une biographie de 90 pages en bande dessinée, et Richard Kennedy, un témoignage vécu.

Christine Orban a consacré un roman aux amours de Virginia Woolf et de Vita Sackville-West : " Virginia et Vita". On peut aussi s'intéresser à l'ouvrage intitulé "Les heures" de Michael Cunningham. et il faut voir le livre que son mari Léonard Woolf lui a consacré. On a même ausculté leur jardin.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Une chambre à soi - Virginia Woolf

Courrier du coeur: Monsieur Boursouflé d'Orgueil n'est plus très sûr
Note :

    Ironie du sort? Etrange hasard? Je ne sais qu'en penser mais je viens de recevoir une nouvelle lettre qui concerne directement notre rubrique: le courrier du coeur. Cette lettre se passe de commentaire, il ne nous reste plus qu'à la découvrir et à se pencher sur ce nouveau coeur en détresse qui vient chercher du réconfort, sûrement au pire endroit mais bon…
   
   Chère Mademoiselle Cécile,
   J'ai découvert que vous vous transformiez en conseillère ès relations de couple et comme ce conseil est gratuit et que mes dépenses sont, depuis quelques temps, fort élevées, je saute sur l'occasion. Il y a quelque temps déjà j'ai rencontré une très séduisante jeune fille qui a immédiatement attiré mon attention grâce à ses nombreuses et, euh..., décoratives qualités. Malheureusement pour moi, cette jeune fille est dotée d'une grande et très présente famille qui a de vastes exigences. Ainsi, ma fiancée, car j'ai dû en passer par une demande en mariage formelle pour pouvoir fréquenter plus assidûment cette jeune personne (et je peux vous assurer que j'ai organisé cet événement avec tout le faste qu'il méritait), est toujours accompagnée par sa rébarbative mère quand nous nous rencontrons, si bien que nous ne pouvons jamais être en tête à tête et c'est à peine si j'ai pu lui prendre la main lors de notre dernière rencontre. Pourtant, il me paraît indispensable de multiplier les entretiens car j'ai l'intention de la préparer à ses futurs devoirs de maîtresse de maison. Et il y a beaucoup à faire car ma jeune fiancée a été élevée selon des règles qui me paraissent un peu trop souples. Par exemple, elle se refuse à accomplir les petits gestes du quotidien qui entretiennent les bonnes relations à l'intérieur d'un couple, comme le prouve l'exemple de ma chère maman. Qu'est-ce que quelques points de couture, la préparation d'un bon petit plat de tripes en sauce, où l'amidonnage de mes cols de chemises? Et pourtant ma douce colombe refuse absolument de se plier à ces petits devoirs…
   
   J'ai pu aussi remarquer un certain aigrissement du caractère de mon oie en sucre et, de plus en plus souvent, j'observe une ressemblance fort désagréable avec ma future belle-mère.
   
   Il me semble très probable que le bonheur futur de notre union soit compromis par les exigences démesurées de mon chaton en pâte d’amande qui voudrait avoir dans notre mariage une place égale à la mienne.
   
   Je suis vraiment très mécontent des derniers développements de mes fiançailles et j’en suis réduit à devoir vous demander votre avis dont je tiendrai sans doute compte, même s’il est forcément moins raisonnable que celui qui aurait pu m’être donné par un homme.
   
   Avec mon plus profond respect,
   
   Monsieur Boursouflé d’Orgueil
   
   
   Cher Monsieur Boursouflé d’Orgueil,
   Bien que je sois très touchée par votre démarche et que je compatisse vraiment à votre triste sort, je dois avouer que les mots me manquent pour vous répondre. Je dois donc faire appel à tout mon sang froid pour me ressaisir et vous conseiller une salutaire lecture: "Une chambre à soi" de Virginia Woolf. Je vous conjure d’aller au-delà de vos préjugés pour vous intéresser aux écrits d’une femme, même si, c’est bien connu, les femmes par la débilité naturelle de leur cerveau sont incapables de s’élever au niveau des hommes en ce qui concerne l’art en général et la littérature en particulier.
   
   Je suis intimement persuadée que la lecture de cette conférence de Virginia Woolf ne pourra pas vous laisser complètement indifférent et, peut-être – car rien n’interdit de rêver aux créatures inférieures que nous sommes – que vous prendrez conscience de certaines vérités fondamentales que je ne vous ferai pas l’affront de répéter ici mais qu’avec un peu de bon sens vous devriez pouvoir retrouver par vous-même. Et de manière plus générale, cette conférence sur les droits des femmes nous permet de prendre conscience des progrès accomplis mais aussi de tout ce qui reste encore à faire.
   Bien amicalement,
   Cécile

critique par Cécile




* * *