Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Les îles dans le ciel de Sylvie Denis

Sylvie Denis
  Ados: Les îles dans le ciel

Ados: Les îles dans le ciel - Sylvie Denis

Initiation au relativisme
Note :

    Au XXVIe siècle, les hommes ont depuis bien longtemps migré vers les nuages. Cléo et Silmon habitent le Cygne, nuage sur lequel règnent la paix, la justice et un système politique et économique qui touche à l’harmonie. Harmonie bien fragile cependant car quand Rhil débarque chez eux, les habitants du Cygne découvrent l’inégalité, la pauvreté et la tyrannie. C’est que le jeune homme vient de la Perle Noire, nuage où la ségrégation des classes sociales a depuis bien longtemps entraîné l’envie, le vol et l’oppression. Il essaie d’échapper à la prison (concept que Cléo a du mal à comprendre) mais il est poursuivi par le terrible Jarak et ses troupes d’hommes en noir.
   Les jeunes gens, puis rapidement tous les habitants du Cygne, vont donc se trouver confrontés à un dilemme: secourir Rhil et lui permettre d’échapper à un régime oppressif et à de terribles représailles, ou le livrer au capitaine des gardes pour préserver la paix de leur nuage.
   
   Ces mondes suspendus imaginés par Sylvie Denis ne sont pas sans rappeler ceux de Hayao Miyazaki et nous ouvrent une porte onirique vers ce vaste ciel que (dieu merci), l’Homme n’a pas encore conquis. Mais les thèmes majeurs de ce roman semblent plus tournés vers l’écologie (tous les bâtiments sont construits dans de la mousse dont la fragilité nécessite attention et respect) et l’humanisme. Avec l’arrivée du fuyard, Cléo et Silmon prennent conscience de leur situation privilégiée. Ils découvrent qu’ils mènent une vie facile et que ce qu’ils croyaient être des malheurs ne sont que de petits tracas face aux terribles conditions sociales en vigueur sur la Perle Noire: là-bas, il n’est plus question de vie mais bien de survie pour tout un peuple défavorisé et exploité.
   
   On aura compris que pour son premier roman jeunesse, Sylvie Denis voit au-delà du divertissement. S’il ne manque ni action ni rebondissement, la porte est également grande ouverte vers la réflexion et la remise en cause de ce que chacun tient pour acquis, comme le confort du quotidien.
   
   J’ajouterais que j’aime beaucoup la couverture, due à François Baranger. A découvrir si vous ne connaissez pas sa BD Freaks Agency, et faites la grève de la faim pour qu’Albin Michel (ou un autre éditeur!) publie la suite de cette merveille restée en rade!

critique par SBM




* * *