Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lacrimosa de Régis Jauffret

Régis Jauffret
  L'enfance est un rêve d'enfant
  Asiles de fous
  Lacrimosa
  Microfictions
  Clémence Picot
  Fragments de la vie des gens
  Sévère
  Univers, univers
  Tibère et Marjorie

Régis Jauffret est un écrivain français né en 1955 à Marseille.

Lacrimosa - Régis Jauffret

D’ennuyeuses lamentations
Note :

   Un homme écrit à sa femme, à sa «chère Charlotte». Celle-ci vient de se suicider, et de l’au-delà, elle lui répond. Une longue correspondance s’engage alors entre Charlotte et son «pauvre amour».
   
   L’idée était séduisante et pourtant j’ai rapidement éprouvé de l’ennui à la lecture de ces lettres, ces «Lacrimosa» ou plutôt lamentations entre cet homme et cette femme qui se seraient aimés?! Difficile à croire, tant le recul avec lequel ils se parlent et le vouvoiement utilisé par l’auteur dans un effet de style qui accentue encore la distance –visiblement voulue par l’écrivain- ne me paraissent pas franchement nécessaire ni judicieux.
   
   Certes, Régis Jauffret n’est pas réputé pour être l’écrivain du bonheur! Mais plutôt un auteur qui aime se plier aux exercices littéraires (pour preuve notamment son superbe «Microfictions»). Alors bien sûr je m’attendais avant tout à un exercice de style plutôt qu’à une véritable histoire, ou plutôt à un exercice de style qui serve le récit. Et bien j’avoue ne pas avoir du tout adhéré à sa façon de mettre ce couple en scène, m’être mortellement ennuyée à cet échange de lettres, et à ce roman que j’ai trouvé inabouti et à vrai dire… raté! L’auteur en profite d’ailleurs pour faire un retour narcissique sur sa condition d’écrivain, qu’il saborde de façon à mon sens démagogique. Enfin, ce récit serait d’origine autobiographique et ferait suite au suicide d’une des amies avec qui l’auteur aurait eu des relations amoureuses. D’où la difficulté sans doute à réussir ce roman et à prendre le recul nécessaire pour évoquer un événement si douloureux. Je n’ai éprouvé aucune empathie pour ces deux êtres et pour leur souffrance. Bref, je suis passée complètement à côté de ce roman encensé pourtant par la critique!
    ↓

critique par Clochette




* * *



Régis Jauffret intime
Note :

   Charlotte est morte. Elle s'est suicidée, en mars 2007. Son dernier compagnon décide de lui écrire, de relater les derniers instants qu'ils ont passés ensemble: leur rencontre au Salon du Livre, leurs vacances à Djerba, la relation de Charlotte avec un skipper. Charlotte décide de répondre, depuis l'au-delà, aux missives de son compagnon, en particulier pour lui reprocher sa manière de travestir les faits.
   
   "Lacrimosa" débute comme un roman de Jauffret: la description de la mort de Charlotte, par pendaison, le jour où elle rentre dans sa famille. Les réactions des personnages sont outrées, comme celle de la mère qui refuse de lâcher le corps de sa fille, leurs caractères peu réalistes, et le cynisme si présent chez Jauffret affleure dans toutes les situations, en particulier avec l'arrivée du médecin qui doit constater la mort. Puis, la tonalité change peu à peu, par le biais des interventions de Charlotte. En dénonçant explicitement le fait que l'auteur des lettres utilise les faits à des fins romanesques, elle remet en question le droit de l'auteur à raconter une histoire vraie dans un roman.
   
   Les interventions de Charlotte, depuis l'endroit où elle repose, influent sur la manière dont celui qui reste narre les faits. Plus fidèle, moins sombre, il décrit les moments de plaisir qu'ils ont eus à deux, à Djerba, les moments de doute, lorsqu'il sait qu'elle ne rentre pas pour passer la nuit sur le bateau du skipper. Bref, "Lacrimosa" permet de découvrir Régis Jauffret de manière plus intime, car il utilise moins ce cynisme et cet humour noir qui ont fait sa marque. Néanmoins, il ne peut s'empêcher d'y avoir recours, à nouveau, dans les dernières pages du roman.
   
   L'histoire de Charlotte est vraie, elle a été vécue par Jauffret. Le coup de foudre inattendu, les quelques mois de bonheur et la fin, subite, brutale. Mais il parvient à s'éloigner du simple témoignage pour en faire une œuvre de fiction, liée à l'événement, mais qui va également au-delà. J'avais déjà eu cette impression lorsque j'ai vu Régis Jauffret lui-même, sur scène, dans un spectacle construit à partir du roman.
   
   Un beau livre, d'une certaine façon pudique tout en étant une véritable œuvre littéraire.

critique par Yohan




* * *