Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nord-Michigan de Jim Harrison

Jim Harrison
  De Marquette à Veracruz
  Faux soleil
  Lointains et Ghâzals
  L'été où il faillit mourir
  Sorcier
  En marge - Mémoires
  Julip
  Un bon jour pour mourir
  Dalva
  Retour en terre
  Lettres à Essenine
  Nord-Michigan
  Les jeux de la nuit
  Légendes d'automne
  Une odyssée américaine
  Grand Maître
  Péchés capitaux
  La Route du retour
  Nageur de rivière
  Le Vieux Saltimbanque
  Dernières nouvelles

Auteur des mois d'avril et de mai 2006

Jim Harrison est né en 1937 dans le Michigan. Il a commencé à écrire dès l´adolescence, par conviction et par ennui, dit-il à peu près.
Il a fait des études de littérature et a commencé à publier de la poésie, puis, des articles, des scenarii, des recueils et ses premiers romans.
Alors qu´il avait débuté dans l´enseignement dans l´état de New York, il abandonne rapidement cette voie pour se consacrer uniquement à l´écriture, et retourner dans le Michigan.


Il est mort d'une crise cardiaque le 26 mars 2016, il avait 78 ans.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Nord-Michigan - Jim Harrison

Pays profond
Note :

   On connait l’intérêt de Jim Harrison pour la nature, le Michigan et les gens simples ou, disons, lambdas, englués dans les problèmes du quotidien.
   
   Le Nord-Michigan n’est pas à proprement parler une région aisée, plutôt rurale et Joseph a un statut un peu bancal; mi-instituteur mi-fermier. Le genre à ne pas savoir trop choisir. Qu’importe, on va choisir pour lui puisque son emploi d’instituteur va lui être enlevé. Il deviendra donc fermier.
   
   Bancal, il l’est aussi au sens propre puisque handicapé par un accident, il marche avec une canne.
   Et bancale aussi sa vie sentimentale. Bancale et compliquée:
   - il y a Rosealee, son amour de jeunesse, de toujours, une beauté sang mêlée, mais qui a fait le choix, plus jeune, d’épouser Orin, l’ami de Joseph. Mort jeune, celui-ci a laissé à Rosealee le statut de jeune veuve et les relations entre celle-ci et Jo, maîtresse et amant ne semblent pas des plus satisfaisantes, au moins à Jo :
   
   «"Regarde-moi. Nous avons quarante-trois ans et nous n’avons jamais baisé en plein jour. Sans parler de l’océan, qu’on n’a jamais vu. Nous avons été à Washington une fois, mais jamais à New York. Nous n’avons jamais baisé dehors, sauf la fois où nous avons bien failli le faire, il y a trente ans. Je pense qu’on devrait changer de vie avant qu’on soit trop vieux et qu’on meure, avant qu’il soit trop tard. Tu n’as pas envie que ça change, toi? J’en ai marre de te voir te comporter comme une veuve éternelle. Ca fait six ans. Et j’en ai marre de baiser une veuve dans le noir. Je t’aime depuis que j’ai treize ans." Joseph avala son whisky en trois gorgées et essaya de se lever, mais il se sentit très faible." Je suis désolée", sanglota Rosealee. " Je suis tellement désolée de t’avoir déçue." »
   
   - et puis il y a Catherine, dix-sept ans, une de ses élèves avec qui il vient d’entamer une liaison, aussi torride pour lui que désespérée et sans avenir.
   
   Il y a Catherine et il y a Rosealee. Il y a la jeunesse, la fougue et la femme aimée de tout temps. Et il y a Joseph qui a bien du mal à prendre les décisions qui s’imposent, dans tous les domaines et notamment celui-là.
   
   Et il y a la pêche, la chasse (on est chez Jim Harrison!), les amis, les relations, … Jim Harrison nous relate tout ceci d’une manière simple mais qui ménage la complexité de la vie, de nos vies comme de celle de Jo.
   
   «Nord-Michigan» est imprégné d’humanité, d’un regard bienveillant sur nos erreurs d’homme et nos indécisions, le regard bienveillant de Jim Harrison. Et comme il raconte bien, on se prend d’affection aussi pour Jo, pour Rosealee, pour Catherine, …
    ↓

critique par Tistou




* * *



Que décidera-t-il en fin de compte ?
Note :

   Au début du roman, Joseph, le héros de 43 ans, est enseignant dans un collège et vit en célibataire dans la ferme de ses parents au nord de son Michigan natal. Ses préoccupations essentielles sont la pêche et la chasse mais, les années passant, il s’aperçoit qu’il s’intéresse de moins en moins au poisson et au gibier, ce qui lui semble désormais trop facile. Il préfère observer les animaux. Sa vie est paisible avec Rosalee, son amie d’enfance, veuve de son meilleur ami, sa maîtresse depuis longtemps et son éternelle fiancée.
   
   Les ennuis viennent avant même que n’ait commencé son histoire avec Catherine, une de ses élèves de 17 ans, sans gêne et sans état d’âme, qui va vite bousculer sa vie. Elle s'est mise en tête de se faire épouser par son professeur envers et contre tout. Il ne l'aime pas mais a du mal à résister malgré son amour pour Rosalee, sa compagne de toujours.
   "Le peu de courage qui lui restait pour enseigner s’était envolé avant la fin du mois de septembre. Il se levait chaque matin avec une sorte de crainte confuse, mêlée de lassitude. Il passait beaucoup moins de temps à la taverne, à jouer aux cartes, et beaucoup plus de temps à lire des ouvrages sur des pays lointains. Toutes les contraintes, les habitudes, les règles de son travail comme de ses loisirs semblaient avoir cédé, même les plus ancrées."

   Rosalee sent très vite qu’il est en train de lui échapper après si longtemps et elle fait tout pour le séduire à nouveau mais elle comprend aussi que son désir de changer de vie est sérieux. Non seulement il veut quitter l’enseignement mais surtout "passer quelques années à voyager autour de l’océan, juste à lire, à boire et à pêcher. "
   
   Naturellement, très vite tous les habitants du coin et les élèves sont au courant de cette liaison scandaleuse et chacun conseille à Joseph d’être raisonnable. Lui-même se rend compte qu’il court à sa perte. Il revit sans cesse son passé : sa mère vient de mourir et ses sœurs reviennent pour l’héritage. Tout cela se mêle en lui et pour oublier, il s’offre quelques bonnes beuveries.
   Que décidera-t-il en fin de compte? La fin surgit, très rapide.
   
   Que retiendrai-je en définitive de ce très beau roman? Le portrait de Joseph, cet homme si indécis, si fort de ses souvenirs et de ses rêves mais si fragilisé par ses envies de vivre tous ses désirs, lorsqu’il se retrouve seul, à la mort de sa mère et qu’il trouve sa vie trop sage.
   La nature aussi, ce Nord Michigan, dur et implacable, à la présence envahissante qui offre aussi à tous, sans distinctions, des plaisirs et des moments riches de mille beautés.
   
   
   Titre original : Farmer.

critique par Mango




* * *