Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Adios Scheherazade de Donald Westlake

Donald Westlake
  Au pire, qu'est-ce qu'on risque ?
  Adios Scheherazade
  Kahawa
  Moi, Mentir ?
  Mauvaises nouvelles
  Trop humains
  Un jumeau singulier
  Mort de trouille
  Le couperet
  Jimmy the Kid
  Pierre qui roule
  Aztèques dansants
  Surveille tes arrières!
  Mémoire morte
  Envoyez les couleurs

Ecrivain américain auteur d'une centaine d'ouvrages, policiers pour la plupart.
Il est né à New York en 1933 et est mort d'une crise cardiaque au Mexique le dernier jour de 2008.
Il a publié sous presque une vingtaine de pseudonymes, dont Richard Stark.

Adios Scheherazade - Donald Westlake

Ecrire, écrire, ...
Note :

   Point de départ de cette histoire, au fond d'absurde, de dérision mais aussi de philosophie (comme toutes les histoires folles de Westlake), un homme, en milieu de vie (plutôt ratée la vie) se voit offrir par un ancien camarade d'Université, qui a « réussi » comme écrivain, de gagner des paquets de dollars en lui écrivant tous les mois un roman porno.
   « - Tu utilises mon pseudonyme, me dit Rod .
   -Comme ça la vente est assurée. Tu touches mille dollars, et moi deux cents.
   -Pour écrire un livre par mois ?, dis-je
   -Pour écrire un livre en dix jours, tous les mois, il précise.
   -Je n'arriverai jamais à écrire un livre en dix jours.
   Eh bien je me trompais. J'en ai fait vingt-huit, dont vingt-quatre ont été pondus en dix jours chacun ?
   -Si tu es capable d'écrire une lettre à ton percepteur, dit Rod, tu peux tout aussi bien écrire un roman porno. »
   Argument original. Comme toujours chez Westlake. Et traitement impeccable. Comme toujours également. Cette manière de ne pas y toucher et de faire sombrer ses héros et ses histoires dans des dédales de plus en plus inextricables ! Il y a du John Irving et du William Boyd dans ce Donald Westlake. Plus de profondeur qu'il n'y parait.
   Vous avez déja lu Westlake ? Essayez !
   
   
   
   

critique par Tistou




* * *